Géoglyphes découverts dans l’Ét d’Acre dans l’ouest du Brésil. La forêt amazonienne qui s’étendait là, il y a encore quelques années, cachait ces étranges structures. © Edison Caetano

Planète

Les étranges géoglyphes d'Amazonie racontent une antique gestion durable

ActualitéClassé sous :forêt , amazonie , agriculture

Par Xavier Demeersman, Futura

La forêt amazonienne n'est plus depuis longtemps un écosystème vierge. Durant des millénaires, les peuples qui ont vécu là ont exploité cette région (qui n'a pas toujours été une forêt dense) mais d'une manière réfléchie, « durable » en langage moderne. C'est ce que montre l'étude de 450 géoglyphes, c'est-à-dire des amoncellements de pierres formant des formes régulières, repérés depuis la fin du XXe siècle dans l'ouest du Brésil.

La déforestation qui s’accélère ces dernières décennies dans la forêt amazonienne a mis en évidence dans l'État d'Acre, à l'ouest du Brésil, près de la frontière avec le Pérou, d'étranges structures de pierre enterrées longtemps demeurées inconnues car cachées par une végétation très dense. Les premiers de ces géoglyphes découverts datent des années 1980. À présent, les archéologues en connaissent plus de 450, répartis sur 13.000 km2. Les plus grands mesurent 11 mètres de long pour une profondeur qui peut atteindre 4 mètres. S'agissait-il d'habitations ou de fortifications ? Pour l'instant, faute de vestiges, les chercheurs privilégient l'hypothèse d'aménagements dans un but de rassemblements religieux.

Jennifer Watling, aujourd'hui archéologue à l'université de São Paulo (elle était alors postdoc à l'université d'Exeter), et son équipe ont réalisé des sondages jusqu'à 1,5 mètre de profondeur. L'équipe espérait ainsi éclaircir les mystères qui entourent ces structures mises en place, vraisemblablement, depuis le début de notre ère jusqu'à peu avant l'arrivée des premiers colons européens, il y a plus de cinq siècles. Les chercheurs voulaient aussi reconstituer les paysages qui les entouraient durant ces derniers millénaires.

La question à laquelle ils voulaient répondre, débattue depuis des décennies, est « dans quelle mesure les peuples autochtones ont eu un impact sur l'environnement en construisant ces vastes terrassements aux formes géométriques ». Leurs conclusions, qui viennent de paraître dans la revue Pnas, font état de modifications apportées depuis environ... 4.000 ans. On est donc loin du mythe d'une forêt restée vierge et totalement sauvage. Et aussi, soulignent les auteurs : « en dépit du très grand nombre et de la densité des sites comptant des géoglyphes dans la région, on peut être certain que les forêts dans cette région n'ont jamais été détruites de façon étendue par ces peuples et pendant d'aussi longues périodes que durant ces dernières années ».

Plus de 450 géoglyphes comme celui-ci ont été découverts dans l’ouest du Brésil. La déforestation les a mis à nu. De récentes recherches ont montré que dans ces endroits, avant que ne s’étendait la forêt amazonienne aujourd’hui détruite, des cultures de palmiers avaient remplacé des forêts de bambous… © Diego Gurgel

Les Amérindiens précolombiens pratiquaient une agroforesterie durable

Pour mener leur enquête, l'équipe a prospecté les sites Jaco Sá et Fazenda Colorada. Ils ont creusé des puits dans le sol, à chaque fois à l'intérieur et à l'extérieur des géoglyphes, à la recherche de diverses traces laissées par la végétation passée et en quête d'éventuelles traces de charbon qui pourraient témoigner de combustions. Leurs analyses des isotopes stables du carbone, indicateurs tangibles d'espèces végétales poussant dans des espaces ouverts comme les prairies ou au sein d'une forêt dense, ainsi que celles des phytolithes, des microfossiles de cellules végétales, ont montré que le bambou a dominé la région durant au moins 6.000 ans. Pour les chercheurs, leur présence indique aussi une certaine capacité à la résilience face aux activités humaines, et surtout à un changement climatique qui a frappé de sécheresse cette partie du monde (à la même période, la forêt tropicale de Bolivie était devenue une savane).

Les premières couches de charbon remontent à environ 4.000 ans et sont probablement liées à des activités de défrichage. Au même moment, les palmiers se sont multipliés. Pour Jennifer Watling, cette culture apportait à la fois beaucoup de nourriture et des matériaux de construction. Ces plantes étaient pionnières dans les parties éclaircies et furent dominantes durant trois millénaires. Depuis l'abandon des géoglyphes, il y a environ 650 ans, d'autres espèces à croissance plus lente ont finalement pris le pas sur les palmiers qui abondaient.

Avant les grandes déforestations d'aujourd'hui, les paysages ont donc hérité, dans une certaine mesure, des sélections opérées par ses habitants précolombiens. Ces « jardiniers » de l'Amazonie pratiquaient en quelque sorte une agroforesterie durable, prenant soin de ne pas mettre leur forêt en péril...

Pérou, Planète Extrême : plongez au cœur de la jungle amazonienne  Lorsqu’un photographe professionnel et un journaliste scientifique s’associent pour réaliser un film sur le cycle de l’eau en Amérique du Sud, cela donne Pérou, Planète Extrême. Découvrez un extrait de ce superbe documentaire produit par French Connection Films. 

  Les commentaires ne sont pas disponibles pour le moment.