Les grands singes comme les chimpanzés sont parmi les espèces menacées. © sivanadar, Shutterstock

Planète

Extinction des espèces : la moitié d'entre elles pourraient disparaître avant la fin du siècle

ActualitéClassé sous :Environnement , changement climatique , extinction

Par Xavier Demeersman, Futura

Si rien n'est fait rapidement, la moitié des espèces vivantes pourraient disparaître avant la fin du XXIe siècle., affirment des scientifiques réunis au Vatican sur le thème des extinctions biologiques. Leur disparition est irréversible, ont-ils rappelé, en expliquant combien elles nous sont utiles.

« Notre maison brûle et nous regardons ailleurs » avait déclaré en 2002 le président Jacques Chirac au sujet du changement climatique en ouverture de son discours devant l'assemblée plénière du IVe Sommet de la Terre à Johannesburg. La phrase, qui a frappé les esprits, aurait été inspirée par les paroles de la célèbre chanson Beds are Burning de Midnight Oil : « How do we sleep while our beds are burning » (comment peut-on dormir alors que nos lits sont en train de brûler). Quinze ans plus tard, cette assertion est plus que jamais d'actualité. On serait tenté d'ajouter : comment peut-on dormir alors que la moitié de toutes les espèces vivantes sur Terre, animales et végétales, terrestres et marines, pourraient disparaitre avant la fin de ce siècle ?

C'est ce vers quoi nous nous dirigeons à grands pas, si rien n'est fait, ont conclu les biologistes, écologues et économistes qui se sont réunis entre le 27 février et le premier mars à la Casina Pio IV dans la cité du Vatican, pour le colloque international Biological Extinction organisé par le pape François 1er, que l'on sait préoccupé par les questions écologiques. « Le tissu vivant du monde glisse entre nos doigts sans que nous nous en souciions beaucoup » ont déploré les organisateurs.

Des services inestimables rendus par les grandes et aussi les plus petites formes de vie

Une sixième extinction de masse est en marche pour les scientifiques et les dommages s'annoncent aussi importants que pour celle du Permien-Trias (surnommée par les Anglo-saxons The Great Dying), il y a 252 millions d'années. En l'espace de plusieurs dizaines de millénaires, une élévation globale des températures avait alors provoqué la disparition de presque la totalité (95 %) des espèces marines et de 70 % des espèces terrestres.

Au cours des deux siècles et demi écoulés, les activités humaines amplifiées par la révolution industrielle ont initié une série de dégradations des écosystèmes, déforestation, agriculture intensive, surpêche, braconnage, artificialisation des sols, pollution des sols, des eaux douces et des océans. Des plaies auxquelles s'ajoute un changement climatique global.

Déforestation en Amazonie vue de l’espace. © Nasa, EarthObservatory

Il y a quelques semaines, nous apprenions que 60 % des singes auront peut-être disparu en 2060. En 2016, les girafes s'ajoutaient à la liste des espèces menacées de disparition. Sans oublier de nombreux fauves dont la population se réduit à quelques dizaines d'individus, les éléphants, les rhinocéros, etc., toutes devenues des espèces très emblématiques.

Mais, soulignent les chercheurs, bien d'autres, plus petites, microscopiques, sont aussi en danger. Elles nous rendent des services inestimables. Ces espèces discrètes purifient l'air que nous respirons, l'eau que nous buvons, enrichissent la terre que nous cultivons. Certaines nous prodiguent des molécules précieuses pour la médecine, sans oublier la chaîne alimentaire. Tout cela est en danger critique de disparition, s'alarment les scientifiques.

Comment enrayer ces extinctions ?

Face à ce triste constat, « la question est : comment l'arrêtons-nous » a interrogé l'un des participants, Paul Ehrlich. Le chercheur et d'autres collègues avec lui estiment que le contrôle des naissances serait une des solutions au problème. « Si vous appréciez les gens, vous voulez avoir le nombre maximum que vous pouvez soutenir durablement », a-t-il expliqué. Pour lui, une population d'environ un milliard d'habitants serait la plus soutenable des millénaires durant. Rappelons que les projections de l'ONU tablent sur 11,2 milliards d'êtres humains en 2100. En outre, si tout le monde adopter l'actuel mode de vie des États-Unis, cinq planètes Terre seraient nécessaires.

« Au début du siècle prochain, nous serons confrontés à la perspective de perdre la moitié de notre faune, a déclaré le biologiste Peter Raven. Pourtant, nous nous appuyons sur le monde vivant pour vivre. C'est très effrayant. Les extinctions auxquelles nous sommes confrontés posent à nos civilisations une menace encore plus grande que le changement climatique, pour la simple raison qu'elles sont irréversibles. »

Pour en savoir plus

En 2004, les scientifiques mettaient déjà en garde contre le risque d'extinction

Article de Cordis publié le 05/12/2004

L'Union mondiale pour la nature (UICN) a révélé dans sa dernière Liste rouge la gravité de la menace d'extinction dont sont victimes des milliers d'espèces animales et végétales.

Le réseau écologique, qui peut compter sur l'expertise d'environ 10.000 scientifiques aux quatre coins du monde, estime que le nombre d'espèces actuellement en voie d'extinction se chiffre à 15.589.

Depuis des années, les scientifiques savent qu'environ un huitième des oiseaux et un quart des mammifères sont menacés, mais la dernière liste parue met en avant la situation critique des amphibiens. Environ 50 % des tortues terrestres et marines sont proches de l'extinction, tandis que 21 % de la totalité des amphibiens sont proches de l'extinction ou sont en voie de disparition. Pour les mammifères et les oiseaux, ces données se chiffrent respectivement à 10 et 5 %.

L'UICN explique que la biodiversité est de plus en plus menacée et que l'Homme est entièrement responsable de cette situation. La surexploitation et la perte d'habitat mettent la pression sur plusieurs espèces, tandis que la concurrence d'animaux et de plantes introduits parmi la faune et la flore représente une menace pour les autres. Pour plusieurs espèces, le changement climatique s'avère également être source de problèmes.

Quelque 844 cas d'extinction ont été recensés depuis l'année 1500 de notre ère et les scientifiques estiment que le taux d'extinction actuel pourrait être entre 100 et 1.000 fois supérieur au taux d'extinction naturel. Sur les 129 extinctions d'oiseaux enregistrées, 103 ont eu lieu depuis 1800.

  Les commentaires ne sont pas disponibles pour le moment.