Un arbre couché par les vents puissants sur l'île d'El Hierro. Parfois appelée île de Fer en français, elle abrite 11.000 habitants et deviendra bientôt autosuffisante en énergie électrique grâce à une centrale hydro-éolienne. © Alain Gioda, IRD

Planète

En bref : El Hierro sera la première île au monde autonome en énergie

ActualitéClassé sous :énergie renouvelable , île espagnole , Canaries

Le projet n'est plus loin de voir le jour : d'ici la fin de l'année 2014, l'île espagnole d'El Hierro, dans l'archipel des Canaries, sera autonome sur le plan énergétique, grâce à l'éolien et à l'hydraulique. Cette prouesse, réalisée grâce à l'ouverture d'une centrale hydro-éolienne à la fin du mois de juin, devrait induire des économies d'énergie et une baisse de la pollution.

L'île espagnole d'El Hierro, située dans l'archipel des Canaries, s'apprête à devenir la première île au monde 100 % autonome grâce aux énergies renouvelables. Pour réussir cet exploit, elle mettra en marche une centrale hydro-éolienne« La centrale introduira l'énergie dans le système de manière progressive, a expliqué Cristina Morales, la porte-parole de la centrale Gorona del VientoSi tout se passe bien, nous pourrons arriver à 100 % de l'énergie de l'île fournie par ce biais à la fin de l'année. » La centrale effectue actuellement des essais en grandeur nature et prévoit une inauguration officielle fin juin. Ce projet est suivi de près par Alain Gioda, historien du climat, qui tient un blog sur notre site. On y trouvera les détails de cette opération originale, notamment de la STEP (Station de transfert d'énergie par pompage).

El Hierro est une île d'origine volcanique d'une surface de 278 kilomètres carrés et avec près de 11.000 habitants. « Il s'agit d'un lieu idéal pour tester un système de production d'énergie renouvelable car il est petit, avec une faible consommation. » La centrale, d'un budget total de 80 millions d'euros, est détenue à 60 % par les autorités locales de l'île, à 30 % par le producteur d'électricité Endesa, filiale du groupe italien Enel, et à 10 % par l'Institut technologique des Canaries. Combinant les énergies éolienne et hydraulique, elle assure une production constante d'énergie, à un coût bien moindre que l'énergie actuelle, alors que l'île fonctionne presque exclusivement avec des sources conventionnelles.

La centrale hydraulique et le parc éolien ont une capacité de 11,5 mégawatts chacun, soit plus que la consommation de l'île qui est de huit mégawatts en heures de pointe. « Le gouvernement a calculé qu'il peut économiser 80 millions d'euros en vingt ans grâce à cette centrale », indique Cristina Morales. Toutefois, les factures électriques devraient rester les mêmes pour les habitants de l'île, le prix de l'électricité pour le consommateur étant identique sur tout le territoire espagnol. En revanche, le gain devrait leur revenir de manière indirecte, via la rétribution à la centrale de cette énergie propre par le gestionnaire du réseau électrique. D'autre part, elle permettra à l'île, qui fait partie de la réserve mondiale de la biosphère de l'Unesco, d'éviter chaque année l'émission de 18.700 tonnes de CO2 et la consommation de 6.000 tonnes de fuel.