Planète

Les stégosaures pratiquaient-ils le kung-fu ?

ActualitéClassé sous :dinosaure , stégosaure , allosaure

Par Laurent Sacco, Futura

-

Les paléontologues n'hésitent pas à parler de technique d'art martial pour décrire la virtuosité du coup qu'a un jour porté un Stegosaurus avec sa queue dotée d'épines osseuses. Elle a perforé le pubis d'un carnivore, entraînant sa mort et dont on a retrouvé les restes fossilisés.

Les blessures trouvées sur les restes fossilisés d'un Allosaurus montrent qu'il a été frappé par dessous par la queue d'un Stegosaurus. La découverte confirme ce que disait déjà l'étude des fossiles de queues de cette espèce : elles étaient souples et agiles. © Robert Bakker

Parmi les dinosaures emblématiques du Jurassique figure un herbivore doté d'une queue munie de quatre piques osseuses que complétait une double rangée de plaques dorsales de constitutions similaires. Tout le monde aura reconnu dans cette description les Stegosaurus qui vivaient il y a entre 156 et 140 millions d'années en Amérique du Nord. Les fossiles que l'on a retrouvés dans les États du Colorado, de l'Utah et du Wyoming montrent qu'ils mesuraient environ 8,5 mètres de long, 4 mètres de haut et qu'ils pouvaient peser plusieurs tonnes.

Comme il est arrivé plusieurs fois au XIXe siècle lorsque l'on découvrait des nouvelles espèces de ces terribles lézards, on s'est mépris sur leur reconstitution. Ainsi, le paléontologue Othniel Charles Marsh, à qui l'on doit les dénominations de Stegosaurus armatus et Stegosaurus stenops, croyait-il que les plaques osseuses des Stegosaurus étaient horizontales. Les noms qu'il a proposés en 1877 puis 1887 signifient en effet respectivement reptile à toit blindé et reptile cuirassé à visage étroit. Aujourd'hui, on sait qu'elles étaient montées verticalement et la présence d'un réseau vasculaire développé suggère que ces plaques remplissaient un rôle défensif en changeant de couleur via une augmentation de l'afflux sanguin, comme le montre la vidéo ci-dessous mettant en scène un Allosaurus carnivore s'attaquant à un Stegosaurus.

Une scène qui s’est probablement produite pendant le Jurassique. Un stégosaure mâle d’environ 7 tonnes, doué d’un tout petit cerveau, a été repéré par deux allosaures. L’un d’entre eux entreprend de menacer l’herbivore qui fait affluer du sang dans ses plaques osseuses dorsales afin d’impressionner l’agresseur. Ces plaques vascularisées pouvaient sans doute aussi servir de régulateurs thermiques ou à attirer un partenaire pour la reproduction. © BBC Earth, YouTube

Un combat mortel entre un stégosaure et un allosaure

Un groupe de paléontologues états-uniens vient de faire état d'une découverte intéressante concernant les Stegosaurus, lors du colloque annuel de la Geological Society of America en 2014. Les chercheurs ont exposé les résultats de leurs travaux portant sur des restes fossilisés provenant d'un Allosaurus adulte. Ils ont été retrouvés dans un affleurement de la célèbre formation Morrison, située sur le plateau du Colorado. Rappelons qu'il s'agit d'une formation géologique très riche en fossiles datant du Jurassique supérieur et qui recouvre une large partie de l'ouest des États-Unis, du Montana à l'Arizona et de l'Utah au Colorado. Elle est composée de mudstone, de grès, de siltite et de calcaire.

La partie inférieure du pubis de ce carnivore porte plusieurs marques. L'une s'interprète comme une perforation du bas vers le haut par une pointe osseuse de Stegosaurus et l'autre par la destruction du tissu osseux en raison d'une infection dans une région de la taille d'une balle de base-ball. Il n'existe aucune trace d'une cicatrisation, ce qui suggère que l'infection s'est rapidement propagée aux muscles de la cuisse, aux intestins et aux organes reproducteurs adjacents, entraînant la mort de l'animal.

Ce fossile de pubis d’Allosaurus porte sur sa face inférieure la marque d’une blessure (wound). Elle est cônique et correspond à la forme et à la taille d’une épine osseuse (spike) de Stegosaurus vivant à la même époque et dans la même région. Comme le montre le schéma, un stégosaure a donc utilisé sa queue pour frapper très habilement de bas en haut un allosaure qui le menaçait, le blessant mortellement. © Robert Bakker

Un drame vieux de plus de 140 millions d’années

Pour les paléontologues, ces marques témoignent de l'expertise et de l'habilité des Stegosaurus dans l'utilisation de leur queue munie de pointes osseuses pour frapper mortellement un prédateur à la façon dont le ferait un pratiquant des arts martiaux en attaquant les points vitaux d'un adversaire pour se défendre. Les pointes osseuses sont normalement horizontales, ce qui veut dire que l'animal a dû tordre sa queue en effectuant, en plus, un mouvement pour frapper de bas en haut, de façon précise. Cette manœuvre est rendue possible par le fait que, contrairement aux queues des autres dinosaures, celles des Stegosaurus sont flexibles et équipées de muscles particulièrement puissants.

Cela fait bien des décennies que l'on pense que les Stegosaurus pouvaient utiliser leurs queues comme une arme, mais en avoir une trace est une confirmation spectaculaire et témoigne d'un drame qui s'est déroulé il y a plus de 140 millions d'années.

  Les commentaires ne sont pas disponibles pour le moment.