Planète

Les petits Psittacosaurus avaient peut-être un protecteur

ActualitéClassé sous :dinosaure , Psittacosaurus lujiatunensis , Ethology

Une concentration de fossiles de bébés dinosaures et d'un spécimen plus âgé, jouant peut-être le rôle de protecteur du groupe, a été exhumée en Chine, dans un site paléontologique particulièrement riche. Cette découverte scientifique renforce l'idée que ces animaux ont pu être sociables.

25 fossiles de jeunes dinosaures du genre Psittacosaurus datant de 120 millions d'années ont été mis au jour dans la province du Liaoning, au nord-est de la Chine, dans l'un des sites les plus importants au monde de paléontologie des dinosaures. © Université de Pennsylvanie

Sur une petite dalle de roche de 60 cm de diamètre se regroupent, presque les uns sur les autres, 24 petits dinosaures fossilisés. Au-dessus d'eux, un individu plus vieux. Tous appartiennent à la même espèce : Psittacosaurus lujiatunensis.

La nature volcanique des matériaux qui ont conservé les ossements et l'absence de carbonisation des os indique que les animaux ont été emprisonnés à la suite d'une éruption, par une coulée de lahar composée d'eau, de cendres volcaniques et de fragments rocheux.

Les Psittacosaurus n'avaient pas la vie facile, en proie à de nombreux prédateurs, dont des petits tyrannosaures et des cousins de vélociraptorPsittacosaurus est aussi le seul genre de dinosaure retrouvé dans l'estomac d'un mammifère fossile.

Pour le paléontologue de l'université de Pennsylvanie (États-Unis) Brandon Hedrick et son équipe qui publient une étude des 25 fossiles dans le journal Cretaceous Research, l'individu juvénile pourrait avoir joué le rôle de gardien protecteur des plus petits, « comme un grand frère ou même un animal non apparenté ».

Herbivore, Psittacosaurus lujiatunensis mesurait jusqu’à deux mètres et se déplaçait sur deux pattes. Pour les experts, les Psittacosaurus seraient les parents des dinosaures à cornes tels les triceratops, les cornes et la collerette en moins. © Nobu Tamura, Wikimedia Commons, cc by nc sa 3.0

Des comportements familiaux complexes ont existé chez les dinosaures

Pour appuyer cette hypothèse de baby-sitting, plusieurs arguments sont avancés :
les bébés fossiles mesurent tous environ 15 cm de long. Aucune trace de coquilles d'œuf couplée à des os relativement bien développés indique qu'ils n'étaient pas nouveau-nés, mais bien mobiles.

L'étude du substrat révèle que le juvénile fut enseveli en même temps que les petits. En outre, il ne s'agit pas d'un des deux parents de la progéniture, la taille d'environ 12 cm de son crâne lui conférant un âge de 4 ou 5 ans, soit deux fois plus jeune qu'un reproducteur.

Datés de 190 millions d'années, des fossiles d’autres genres de dinosaures, précédemment découverts, suggèrent déjà que ces animaux ont pu être adeptes de comportements familiaux complexes.

Enfin, les oiseaux étant le seul groupe vivant issu des dinosaures, quelques espèces - entre 3 et 8 % -, comme le mérion superbe (Malurus cyaneus), adoptent des comportements altruistes qui consistent à assister leurs parents dans leur prochaine couvée avant de développer leur propre activité reproductrice, ajoute Brandon Hedrick.

Pour autant, les auteurs ne confirment pas leur hypothèse. Selon eux, il reste possible que les jeunes et le grand individu aient été charriés par une coulée volcanique puis ensevelis ensemble au même endroit, sans avoir pour autant interagi au cours de leur vie. Des analyses de la structure microscopique des os permettront d'en savoir plus.