Planète

Un étrange dinosaure chilien, à la fois T-Rex et végétarien

ActualitéClassé sous :dinosaure , Chilesaurus diegosuarezi , University of Birmingham

Par Laurent Sacco, Futura

-

Chilesaurus diegosuarezi est un dinosaure chilien remarquable à plus d'un titre. Découvert par un paléontologue en herbe, âgé de 7 ans, il se présente comme un assemblage étonnant de caractéristiques appartenant à la fois à des dinosaures herbivores et carnivores. D'ailleurs, les chercheurs n'hésitent pas à le qualifier de dinosaure « ornithorynque ».

Une reconstitution de l'aspect présumé de Chilesaurus diegosuarezi. On voit clairement des mélanges de caractéristiques faisant penser à un T-Rex mais qui serait végétarien. © University of Birmingham

Alors que la suite de Jurassic Park va bientôt sortir sur nos écrans, une publication dans le journal Nature fait état de la découverte d'un fossile d'une nouvelle espèce de dinosaures qui montre que la vie elle-même peut produire des résultats évoquant le Jurassic World. Dans le film de Steven Spielberg, on imagine en effet que les généticiens ont créé un dinosaure inédit dans l'histoire de la biosphère en mélangeant plusieurs caractéristiques de dinosaures pour donner un animal hybride plus impressionnant que le T-ReX ou le Spinosaure. C'est un peu ce que l'évolution semble avoir réalisé avec Chilesaurus diegosuarezi.

Chilesaurus diegosuarezi vivait pendant le Jurassique, comme plusieurs des animaux vedettes de Jurassic Park. La suite de ce film mythique devrait sortir le 10 juin en France. © Universal Pictures France, YouTube

Un dinosaure chilien du Jurassique supérieur

Comme le début de son nom l'indique, la nouvelle espèce a été découverte au Chili et, comme c'est souvent le cas, la seconde partie de son nom rend hommage à son découvreur. Celui-ci détient sans doute le record du plus jeune paléontologue amateur puisqu'il s'agit d'un enfant de 7 ans : Diego Suárez. Sa trouvaille, il l'a réalisée alors qu'il accompagnait sur le terrain ses deux parents géologues.

Manuel Suarez et Rita de la Cruz n'étaient pas en prospection à la recherche de fossiles dans la formation Toqui affleurant près d'Aysén, une région du sud du Chili faisant partie de la Patagonie. Leur but était de comprendre l'orogénèse des Andes à l'aide des roches qu'ils pouvaient trouver dans cette formation. Celle-ci date du Tithonien, le troisième et dernier étage stratigraphique du Jurassique supérieur. Il s'étend de -152 à -145 millions d'années environ. Il précède donc le Kimméridgien que l'on peut explorer en France par exemple dans le site de Cerin.

Chilesaurus diegosuarezi pouvait probablement atteindre trois mètres de long. Ce dinosaure herbivore était apparenté aux théropodes, un important groupe de dinosaures bipèdes carnivores dont l'exemple le plus connu est le T-Rex. Ses premiers restes fossilisés ont été trouvés au Chili en 2004 mais il a fallu la découverte d'autres squelettes pour comprendre qu'il s'agissait d'une seule espèce
Chilesaurus diegosuarezipouvait probablement atteindre trois mètres de long. Ce dinosaure herbivore était apparenté aux théropodes, un important groupe de dinosaures bipèdes carnivores dont l'exemple le plus connu est le T-Rex. Ses premiers restes fossilisés ont été trouvés au Chili en 2004 mais il a fallu la découverte d'autres squelettes pour comprendre qu'il s'agissait d'une seule espèce. ©University of Birmingham

Une évolution convergente

De prime abord, les restes fossilisés de Chilesaurus diegosuarezi semblaient appartenir à différentes espèces de dinosaures. Mais, graduellement, les paléontologues ont réalisé qu'ils provenaient d'une même espèce. Il a tout de même fallu pour cela découvrir les restes d'une douzaine d'autres individus dont quatre squelettes presque complets.

La plupart semblent provenir d'animaux de la taille d'une dinde mais certains des os retrouvés laissent penser que Chilesaurus diegosuarezi pouvait atteindre trois mètres de long. La découverte est particulièrement remarquable : une fois reconstitué, Chilesaurus diegosuarezi apparaît comme possédant une tête de dinosaure herbivore montée sur un corps de dinosaure carnivore faisant penser au T-Rex.

Un fragment de mâchoire de Chilesaurus diegosuarezi. Les dents caractéristiques d'un herbivore sont bien visibles. © University of Birmingham

Comme ses dents l'indiquent, il s'agissait bien d'un herbivore. Pourtant, son squelette montre aussi qu'il fait partie des théropodes, un groupe de dinosaures comprenant la quasi-totalité des dinosaures prédateurs, en particulier les célèbres Vélociraptor et Allosaurus. Ce n'est pas la première fois que l'on découvre un théropode herbivore mais, selon les chercheurs, Chilesaurus diegosuarezi représente le cas le plus extrême d'une mosaïque de caractères forgés par une évolution convergente.

Rappelons qu'on entend par le terme de convergence évolutive la présence chez deux espèces de caractères analogues, d'une même adaptation, mais qui n'a pas été hérité d'un ancêtre commun. Elle résulte de deux évolutions indépendantes dans un même type d'environnement. En d'autres termes, les lois de la physique et de la biologie restreignent les choix possibles des solutions adaptatives pour une contrainte environnementale donnée. On peut s'en convaincre facilement avec l'exemple de l'hydrodynamisme du corps des dauphins et des ichtyosaures qui ne sont pas apparentés puisque les premiers sont des mammifères et les seconds des reptiles marins.

Selon le paléontologue Martin Ezcurra, coauteur de l'article de Nature et chercheur à l'université de Birmingham, Chilesaurus diegosuarezi « est l'un des cas les plus intéressants d'évolution convergente documentés dans l'histoire de la vie ».

  Les commentaires ne sont pas disponibles pour le moment.