Les 35 turbines du parc éolien catalan, fabriquées par l'entreprise danoise Vestas, sont de deux types : des V80/2000 (80 m de diamètre et 2.000 kW de puissance) et des V90/3000 (90 m et 3.000 kW). © EDF

Planète

Des pales furtives pour le plus puissant parc éolien français

ActualitéClassé sous :développement durable , énergie éolienne , EDF EN

Un nouveau parc éolien, dans les Pyrénées-Orientales, est devenu le plus puissant de France, avec ses 35 turbines totalisant 96 MW. Pour éviter de perturber un radar de Météo France, les pales sont « furtives », ce qui est une première mondiale.

Dans les Pyrénées-Orientales, près de Perpignan, EDF a mis en route en 2016 le plus puissant des parcs éoliens français. Les 35 turbines de « l'Ensemble éolien catalan », réparties sur quatre communes, atteignent une puissance totale de 96 MW. Elles doivent fournir 240 GWh par an, soit, explique EDF, « les besoins en énergie d'une ville de 120.000 habitants ». Le projet à 130 millions d'euros, lancé il y a plusieurs années, dépasse donc les 87 MW de Salles-Curan, dans l'Aveyron.

Pour la première fois au monde, ces éoliennes ont des pales « furtives », à l'instar des avions de chasse. Le but est de réduire suffisamment leur signature radar pour qu'elles ne puissent être confondues avec un avion.

Le problème est d'importance, en particulier en France où les zones de circulation aériennes réservées à l'entraînement des aéronefs militaires sont nombreuses. Du côté de Perpignan, c'est le radar de Météo France d'Opoul, en bande S et d'une portée de 200 km, qui posait problème. Il risquait de voir des orages là où il n'y en avait pas.

L'Ensemble éolien catalan de 96 MW, géré EDF EN, vient d'être inauguré et a commencé à produire ses premiers électrons. © EDF, YouTube

Une furtivité venue de l'aéronautique militaire

La furtivité radar de ces éoliennes pyrénéennes été mise au point par le fabricant, le Danois Vestas, et par une entreprise britannique, Qinetiq. Les technologies employées, applicables aux pales mais aussi aux pylônes, sont similaires à celles de l'aéronautique, avec des motifs gravés ou des matériaux déposés en surface. Le principe est d'absorber les ondes électromagnétiques de certaines fréquences ou de les diffuser dans de multiples directions.

Le parc pyrénéen est le premier à en bénéficier mais n'est sûrement pas le dernier. Il y aura encore des évolutions, entre furtivité des éoliennes et amélioration des performances des radars.