Planète

A Nagoya, le sommet sur la biodiversité se termine sur une bonne note

ActualitéClassé sous :développement durable , Nagoya , sommet sur la biodiversité

Le sommet sur la biodiversité s'est clos à Nagoya sur des objectifs concrets : augmentation des surfaces de terres et d'océans à protéger, répartition plus équitable des ressources génétiques et création d'un organisme, l'IPBES, sorte de Giec de la biodiversité.

A Nagoya, COP 10 s'est refermé sur un credo partagé par 193 pays : la biodiversité est un bien précieux à protéger. © Conférence des Parties

Il s'est passé quelque chose à Nagoya. La dixième conférence des parties à la convention sur la diversité biologique (COP 10) a accouché d'un accord réaliste pour enrayer la dégradation de la biodiversité, sous la forme d'un plan d'action pour la période 2010-2020. Ce sommet réunissait 193 pays signataires d'une convention née en 1992, dont ne font pas partie les États-Unis, qui étaient logiquement absents au Japon.

Les objectifs chiffrés concernent les aires de protection de la biodiversité. En milieu terrestre, elles devront passer en 2020 à 17 %, contre 13,5 aujourd'hui. Dans les océans, la surface protégée devra être multipliée par dix, passant de 1 à 10 %. Ces valeurs résultent de compromis. La France, par exemple, plaidait pour 25 % des terres et 15 % des mers.

Les participants devaient aussi parler des bénéfices des ressources génétiques. Les grands industriels de la chimie, de la pharmacie et de la cosmétique exploitent en effet les plantes et les animaux des milieux tropicaux, mais aussi les savoirs traditionnels, pour y dénicher des molécules intéressantes mais sans que les droits des pays concernés soient reconnus.

Sus aux biopirates

Le protocole APA , pour Accès et le partage des avantages (ou en anglais ABSAccess and benefit sharing), a été signé durant ce sommet, après huit années de négociations, et restera peut-être connu sous le nom de protocole de Nagoya. Il entrera en vigueur en 2012. Il imposera l'accord d'un pays pour l'exploitation de telles ressources (y compris ce que l'on appelle les savoirs traditionnels) et déterminera comment répartir les rétributions. Là aussi, il s'agit d'un compromis et des ONG ont exprimé leur regret que les termes soient trop flous pour lutter efficacement sur ce que beaucoup appellent la biopiraterie.

L'accord de Nagoya prévoit également de réduire le « rythme d'appauvrissement de tous les habitats naturels » et donne l'objectif d'en finir avec la surpêche. Dans le même état d'esprit, les signataires s'engagent à supprimer les subventions qui iraient à des méthodes nocives pour la biodiversité.

Enfin, l'ONU « est invitée » à créer un nouvel organisme, déjà baptisé IPBES (Intergovernmental Science-Policy Platform on Biodiversity and Ecosystem services) et qui constituerait une sorte d'équivalent du GIEC pour la biodiversité. Cette entité réunirait toutes les données scientifiques sur la biodiversité et produirait des documents d'informations destinés aux décideurs politiques.