Le navire MPI Discovery a spécialement été conçu pour la construction des parcs éoliens offshore. Sur cette image, une éolienne va recevoir sa troisième et dernière pale. © London Array

Planète

London Array : le plus grand parc éolien offshore de la planète

ActualitéClassé sous :développement durable , énergie renouvelable , éolienne offshore

-

Au Royaume-Uni, le London Array vient officiellement d'être inauguré. Avec ses 173 turbines, cet ensemble est la plus grande ferme éolienne offshore du monde. Elle va alimenter quelque 490.000 foyers britanniques en électricité, et par la même occasion faire baisser leurs émissions de gaz à effet de serre.

La Manche continue à se parer d'éoliennes. Ce 4 juillet, le plus grand parc éolien offshore de la planète a été inauguré dans le sud-est du Royaume-Uni, 20 km au large de l'embouchure de la Tamise. Le London Array se compose de 173 turbines Siemens réparties sur une surface de 100 km2, dans des eaux profondes de 25 m en moyenne. Près de 200 km de câbles ont été requis pour connecter les aérogénérateurs aux deux stations de transformation offshore (poids individuel de 1.250 t), qui se chargent de transmettre l'électricité vers Cleeve Hill, une localité située sur l'île, dans le Kent. C'est à cet endroit précis que le courant est injecté dans le réseau électrique britannique à une tension de 400 KV.

Ce projet a débuté en 2001, sous la houlette des sociétés E.ON, Dong Energy et Masdar, mais ce n'est qu'en mars 2011 que les premiers travaux ont eu lieu en mer. Depuis, près d'un millier de techniciens et 60 navires ont travaillé de concert dans un ballet incessant, ce qui a nécessité de hautes performances en termes d'organisation et de logistique. En moyenne, la pose complète d'une éolienne, fondation incluse, a pris un à deux jours. Sous des conditions climatiques clémentes, certaines turbines ont été assemblées en seulement 12 h !

Les éoliennes du London Array sont prévues pour tourner 24h/24 et 7j/7 durant 20 ans. © London Array

Près de 925.000 t de CO2 en moins pas an

Chaque éolienne est faite d'une fondation composée d'un tube de 68 m de long et de 5,3 m de diamètre (poids total de 650 t). Cette monopile est enfoncée dans les fonds marins par martèlement. Elle reçoit ensuite une pièce intermédiaire sur laquelle se fixe le mât de l'éolienne, sachant que la cabine culmine 87 m au-dessus du niveau de la mer. Le rotor se compose de trois pales, et fait en tout 120 m de diamètre. Ainsi, la partie au-dessus de la mer des éoliennes atteint une hauteur maximale de 147 m, pour un poids de 480 t. Notons que par sécurité, une pale ne peut pas descendre à moins de 22 m de la surface de l'eau. 

Concernant le fonctionnement des turbines, elles se mettent à tourner dès que les vents atteignent une vitesse de 4 m/s, mais ce n'est qu'à partir de 13 m/s que la production maximale est atteinte. Pour des raisons de sécurité, les pales cessent de tourner dès que les flux d'air ont une vitesse supérieure à 25 m/s. Le parc éolien de London Array, qui est en réalité opérationnel depuis avril 2013, a une capacité de 630 MW. Il est prévu pour subvenir aux besoins énergétiques annuels de 490.000 foyers britanniques. À l'avenir, il permettra de réduire les émissions de CO2 du Royaume-Uni de 925.000 t par an.