Planète

Kate et William : un mariage princier à 6,765 tonnes de CO2 !

ActualitéClassé sous :développement durable , Kate , william

Ça y est, c'est le jour J. Kate et William vont enfin se dire oui. Les préparatifs ont mobilisé de nombreux moyens, pas toujours très écologiques malgré la volonté du prince Charles d'avoir recours à des produits locaux pour un repas très princier. Le mariage génèrerait à lui seul 6,765 tonnes de CO2, une sérieuse ombre au tableau. 

Une marque de restauration spécialisée dans la pizza a même immortalisé le couple princier... en pizza. © pa/pizzaexpress

Même s'il n'est pas vraiment en ligne de mire des préoccupations médiatiques pour le « mariage du siècle », le bilan carbone permet, rappelons-le, de calculer les émissions, directes ou indirectes, de gaz à effet de serre d'une activité ou d'un site. Celui du mariage de Kate Middleton et du prince William a été estimé par Landcare Research. Il équivaudrait à dix fois les émissions de gaz à effet de serre de Buckingham Palace pendant un an !

Et l'empreinte carbone des nombreux Union Jack (drapeaux britaniques) ? © geishaboy500, Flickr, CC BY-SA 3.0

À qui la faute ? 

Est-ce celle de la robe, des chaussures ou du costume peut-être ? Et bien non, pas du tout. La plupart du carbone va être émis à cause du transport des invités qui habitent aux quatre coins de la planète. Ainsi, David et Victoria Beckham arriveront en avion de Los Angeles. Ils ne seront pas les seuls à se déplacer puisque l'on n'attend pas moins de 1.900 invités dont un quart viendra de l'étranger. Il faut espérer qu'ils ne prendront pas tous le jet privé...

L'activité du jour du mariage génèrera à elle seule 2,808 tonnes de CO2 qui proviendront pour la plupart du transport des invités. Un peu moins de 13 tonnes seront occasionnées par le logement, l'énergie, la restauration pour le lunch et le dîner à Buckingham Palace. Et 3,957 tonnes de CO2 de plus seront engendrées par les  400.000 personnes voyageant en « tube » (le métro londonien) et les 200.000 arrivant en train. 

Ce que l'on n'a pas calculé

Pour une empreinte carbone complète, il aurait également fallu prévoir celle de la cérémonie en elle-même ainsi qu'aux tonnes de confettis et d'Union Jack (Le célèbre drapeau anglais) qui voleront dans les rues durant cette heureuse journée. N'ont pas non plus été pris en compte les vols des journalistes internationaux qui vont se rendre sur place pour pouvoir commenter l'événement. Et, pour que le tableau soit complet, le prince William a fait sa demande au Kenya et emmènera Kate en Lune de miel en Jordanie. Pas très développement durable donc...

Le but avoué de l'exercice n'était pas forcément d'être exhaustif mais plutôt de souligner la quantité de carbone qui peut être générée par un tel événement. Mission réussie pour un point de vue original et scientifique sur le mariage princier.