Planète

En image : des bébés albatros gavés de plastique par leurs parents !

ActualitéClassé sous :développement durable , zoologie , Mois des océans

-

Les îles Midway sont le théâtre d'un véritable drame ignoré de tous. Tous ? Pas si sûr. La pollution des océans est une priorité pour le PNUE. Cependant, ses effets dévastateurs sont souvent considérés comme éloignés du grand public. C'est le triste exemple des bébés albatros, sous l'objectif de Chris Jordan, que nous vous proposons en image. 

La mort horrible des bébés albatros des îles Midway. © Chris Jordan

Les îles Midway sont un petit atoll d'une superficie de 6,2 km2, situé dans l'océan Pacifique nord. Il est à environ un tiers de la distance séparant Honolulu de Tokyo. L'archipel, ainsi que les eaux environnantes, fait partie du refuge faunique national de l'Atoll-Midway, une des composantes du site du patrimoine mondial et monument national marin de Papahānaumokuākea.  

Cet atoll est fréquenté par des albatros, une espèce menacée. Le plus incroyable, c'est que cette île est l'une des plus éloignées des terres (à plus de 2.000 miles marins du continent le plus proche) et pourtant, c'est bien à cause de l'Homme et de la pollution de masse que les albatros meurent d'inanition après avoir ingéré parfois plusieurs dizaines d'objets en plastique. Les parents pensent qu'il s'agit de nourriture et donnent la bécquée aux petits. Le plastique ne peut être digéré par les sucs digestifs, ni sortir de l'estomac des poussins. Ils en meurent. 

Ces trois clichés ont été pris sans qu'aucun élément n'ait été ajouté ou déplacé. © Chris Jordan

Boire et fumer peut tuer des albatros 

Le travail de Chris Jordan révèle au grand public les conséquences d'habitudes de consommation et de surconsommation désastreuses pour le milieu marin, entre autres. Les albatros ne sont pas les seuls à mourir à cause des déchets, les tortues s'étouffent souvent avec des sacs en plastique. Chris Jordan illustre par la photo et le montage une réalité que l'on ne peut pas voir mais dont nous sommes tous complices collectivement. Découvrez en image une conférence de 11 minutes durant laquelle il expose son travail : 

Nous faire comprendre que nos habitudes ont des conséquences, c'est ce que propose Chris Jordan. © Ted

La réalité se donne à nous au travers de chiffres trop grands pour être vraiment saisis par le cerveau humain. Chris Jordan veut donc sortir ces chiffres et statistiques du langage brut des données pour les traduire dans un langage visuel universel plus facile à considérer.