Planète

Faune urbaine : ces animaux qui font du bien aux citadins

ActualitéClassé sous :développement durable , écologie urbaine , faune urbaine

Cerfs, renards, blaireaux : autant d'animaux qui devraient être considérés pour les avantages qu'ils apportent aux villes, indique un rapport scientifique. Alors que l'urbanisation croît dans le monde, ces espèces appartenant à la faune dite urbaine restent encore trop souvent perçues comme nuisibles. Elles ont pourtant un effet écologique positif et participeraient même à notre bien-être psychologique !

L'urbanisation est croissante à l'échelle mondiale. Il est donc urgent de comprendre le type et la nature des interactions dans les milieux urbains entre les humains et la faune sauvage, dont fait partie ce cerf. Une meilleure compréhension permettrait de gérer, atténuer et même promouvoir ces interactions. © Michael Gäbler, Wikimedia Commons, CC by-sa 3.0

Si elle reste difficile à quantifier, la faune qui s'aventure dans les zones urbaines peut avoir un impact positif sur les habitants et leur lieu de vie, rapporte une étude parue dans le journal Wildlife ResearchJusqu'à présent, les recherches portaient essentiellement sur les effets négatifs des interactions homme-faune en ville tels que les risques de transmission de maladies et de parasites ou les risques de pollution de l'environnement urbain.« Alors qu'il est important de promouvoir l'éducation sur la faune urbaine et ses risques, les bénéfices que la faune apporte aux  zones urbaines sont souvent mal communiqués », explique Carl Soulsbury, biologiste à l'université de Lincoln, au Royaume-Uni, et auteur principal de l'étude.

Selon lui, les êtres humains retireraient des interactions avec certains animaux familiers des villes des avantages pour la santé et la qualité de la vie. Un nombre croissant de preuves indique que la présence et la visualisation de la faune urbaine est bénéfique pour la santé mentale de l'Homme et pour son bien-être psychologique, précise-t-il.En outre, les animaux urbains participent à la régulation des écosystèmes des villes. De nombreuses espèces sont des prédateurs de ravageurs. Ainsi, certains oiseaux aident à contrôler les populations d'insectes et de rongeurs.

Pour que les humains et les animaux réussissent à vivre côte à côte dans les zones bâties, un changement culturel est nécessaire pour pleinement apprécier le rôle essentiel de la faune dans les écosystèmes urbains. © Fabien Khan, Wikimedia Commons, CC by-sa 2.5

Comprendre les apports de la biodiversité urbaine

Au regard de ces bienfaits pour l'Homme et son habitat, « nous devons trouver des façons de maximiser les avantages, déclare Carl Soulsbury, en favorisant notamment l'accessibilité des espaces verts naturels et les interactions avec la faune sauvage sous la forme d'une thérapie axée sur la nature ». Une telle approche intégrative permettra de mieux cerner la façon de vivre avec succès aux côtés de la faune dans un monde de plus en plus urbanisé, conclut-il.

L'urbanisation croissante risque également d'augmenter les conflits hommes-animaux, avertissent les chercheurs. Il s'agit généralement de problèmes d'agressivité, de dégradation d'ordures ménagères, de risques de propagation de parasites ou de maladies infectieuses. Pour les scientifiques, la plupart de ces gênes sont mineures mais elles peuvent se révéler pénibles pour les individus et avoir tendance à façonner les attitudes du public et des autorités.

Les chercheurs préconisent d'approfondir la compréhension du rôle de la biodiversité urbaine sur la santé mentale et plus globalement, la compréhension du service récréatif et culturel qu'elle peut offrir. Pour ce faire, les biologistes de la faune devront travailler avec d'autres disciplines de recherche, y compris l'économie, la santé publique, la sociologie, la psychologie, l'éthique et la planification.