L'Airborne Wind Turbine est un concept d'éolienne volante né d'un projet du MIT (Massachusetts Institute of Technology) et de l’université de Harvard. Il est porté par une entreprise, Altaeros Energies, qui traverse aujoud'hui la fameuse « vallée de la mort », c'est-à-dire le passage entre le concept et la réussite commerciale. La société a été aidée financièrement par le fonds Softbank, dont le président-fondateur, Masayoshi Son, fait partie de l'équipe de la Breakthrough Energy Coalition. © Altaeros Energies

Planète

COP 21 : Bill Gates réunit des milliardaires pour les énergies propres (MAJ)

ActualitéClassé sous :développement durable , énergie renouvelable , bill gates

Dans une vidéo, Bill Gates annonce que la création du fonds Breakthrough Energy Venture, promis lors de la COP 21, est effective. Ce groupe de milliardaires aidera au développement des énergies vertes en finançant des entreprises ou des chercheurs.

Il l'avait promis lors de la COP 21 en décembre 2015. Il l'a fait. Bill Gates, ou plutôt la fondation Bill & Melinda Gates, a créé le fonds d'investissement BEV (Breakthrough Energy Ventures) pour financer le développement d'énergies propres. Il aidera notamment de jeunes entreprises à prendre pied sur le marché de l'énergie.

Le fondateur de Microsoft explique qu'il y injectera un milliard de dollars (environ 940 millions d'euros) de sa fortune personnelle. Le fonds regroupe d'autres entrepreneurs milliardaires, une trentaine en tout semble-t-il.

Bill Gates s'explique dans une vidéo en anglais. Pour lui, nos sociétés consomment trop d'énergie provenant de sources fossiles participant au réchauffement du global et les investissements publics sont insuffisants. En bon entrepreneur, Bill Gates se dit « optimiste ».

----------

Article paru le 1/12/2015 à 15:51

Profitant de la COP 21, Bill Gates a annoncé la création de la Breakthrough Energy Coalition, un réseau réunissant pour l'instant une trentaine d'entrepreneurs comme Mark Zuckerberg, Xavier Niel et Richard Branson, pour investir dans des projets innovants de sources d'énergie propres. Un moyen de démontrer qu'il y a là de l'argent à gagner.

Les gouvernements hésitent, les hommes politiques négocient, les peuples renâclent : la protection de l'environnement, ou la sauvegarde la planète, comme on voudra, semble marquer le pas. Alors les grands milliardaires qu'on dit visionnaires veulent prendre les choses en main. Ils ont changé nos vies avec l'informatique (William H. Gates III, dit Bill Gates), la téléphonie pas chère (Xavier Niel, passé du Minitel rose à Free), l'hyperconsommation (Richard Branson, avec Virgin), Internet devenu centre commercial (Jeff Bezos, avec Amazon, et Jack Ma, avec Alibaba, l'équivalent chinois) ou Internet devenu lieu de rencontre entre les êtres humains (Mark Zuckerberg avec Facebook). Ils veulent changer notre avenir en allant conquérir l'espace, autre domaine un peu délaissé par les États : Jeff Bezos (encore lui) veut envoyer des fusées (Blue Origin) comme le font Elon Musk (ex-patron de PayPal et aujourd'hui de SpaceX et Tesla) et Richard Branson (avec Virgin Galactic et son SpaceShip).

Ils sont près d'une trentaine d'investisseurs, dont Bill Gates qui les a réunis dans la Breakthrough Energy Coalition, annoncée à l'occasion de la COP 21. Leur objectif, baptisé Mission Innovation, est de favoriser le développement de sources d'énergie propres, décarbonées et suffisamment peu coûteuses pour être exploitables dans tous les pays du monde. L'idée est que seule la technologie peut aider à résoudre le problème de l'énergie, question cruciale pour l'avenir de l'humanité.

Pour Elon Musk, qui a fait fortune avec PayPal et qui a fondé SpaceX (l'entreprise ravitaillant la Station spatiale internationale), l'avenir du transport écologique, ce n'est pas le vélo, c'est la voiture électrique, comme cette Model S, une berline de grand luxe vendue par sa société Tesla Motors. © Tesla Motors

Le secteur privé devra soutenir la recherche publique

Concrètement, cette coalition investira dans des entreprises ou des centres de recherche pour réaliser des projets qui n'auraient pas pu voir le jour. Comme l'explique le site de Breakthrough Energy Coalition, il s'agit d'intervenir au niveau de la « vallée de la mort », c'est-à-dire cette étape difficile entre la bonne idée et sa réalisation commerciale. « La recherche publique financée par les gouvernements donne de bons résultats, explique en substance la coalition sur ce site. Mais les fonds alloués aux énergies propres sont clairement insuffisants face aux défis qui sont devant nous. »

Ces milliardaires ne veulent pas investir à fonds perdus et l'objectif final est de gagner de l'argent en lançant des projets qui se développeront largement. Le réseau qui sera mis en place, expliquent-ils, devra coopérer avec les organismes de recherche publics et mettre en place « une structure transparente pour évaluer les projets ». Bill Gates n'en est pas à son premier pas dans cette direction. L'homme le plus riche des États-Unis avait déjà promis au début de l'année d'investir un milliard de dollars dans les cinq ans à venir dans « les technologies d'énergie propre ».