Planète

Réchauffement climatique : 300 000 morts par an

-

L'impact écologique et économique du réchauffement climatique pourrait nous faire oublier qu'il tue. Et même beaucoup. Selon le Forum humanitaire mondial, 300.000 morts lui seraient imputables par an, autant que le tsunami de 2004.

Couverture du rapport. Source : Forum humanitaire mondial

Un rapport rendu public par le Forum humanitaire mondial, une fondation présidée par l'ancien secrétaire général des Nations unies Kofi Annan, resitue la problématique du réchauffement climatique mondial. Car il ne s'agit pas seulement d'une menace future très sérieuse annonçant 250 millions de réfugiés climatiques à l'horizon 2050, mais bien d'une crise contemporaine majeure tuant actuellement 300.000 personnes par an dans le monde.

« Nous sommes à un moment crucial. Les négociateurs ne peuvent ignorer l'impact actuel du changement climatique. La responsabilité des pays à Copenhague n'est pas seulement de contenir une menace future très sérieuse mais aussi de répondre à une crise contemporaine majeure », résume Kofi Annan dans ce rapport, consultable en ligne.

L'élévation de la température telle qu'elle est constatée par tous les scientifiques sérieux a un impact direct sur les rendements agricoles et l'accès à l'eau, et en conséquence sur la pauvreté. La dégradation sévère de l'environnement, ainsi que les dérèglements climatiques qui en découlent (inondations, tempêtes, cyclones...) affectent directement au moins 325 millions de personnes par an, soit un vingtième de la population mondiale, et tout particulièrement celles qui vivent dans les pays les plus pauvres.

Les experts s'attendent à ce que ces chiffres soient encore multipliés par deux au cours des vingt prochaines années, annonçant la plus grave crise humanitaire de l'Histoire des hommes.

Plus de la moitié des 300.000 décès recensés sont provoqués par la malnutrition. Ensuite viennent les problèmes de santé car le réchauffement climatique favorise la propagation de nombreuses maladies. Ainsi, dix millions de nouveaux cas de malaria entraînant 55.000 morts ont été identifiés. Bien entendu, et cela ne fait que conformer des constatations plus anciennes, les pays pauvres sont aussi les plus touchés. Or, ce sont aussi ceux dont l'accès aux médicaments est le plus réduit.

Des objectifs à revoir

Selon Kofi Annan, il y a urgence pour les pays à revoir les scénarios de développement que la Communauté internationale s'était engagée à financer au travers des Objectifs du Millénaire. Programme déjà hasardeux en soi puisque ces promesses n'ont jamais été tenues jusqu'ici...

L'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) estime que dans certains domaines, un tiers au moins des programmes financés dans le cadre de l'aide publique au développement n'aboutiront pas du fait même du réchauffement, et le Forum humanitaire mondial estime qu'il faudrait multiplier par cent l'argent consacré au développement pour contrer les prévisions les plus sombres, qui menacent directement les pays ne portant aucune responsabilité dans cette situation catastrophique.