Planète

Coup d’accélérateur pour la fonte des glaces du Groenland

ActualitéClassé sous :climatologie , glacier , iceberg

-

La quantité de glace recouvrant le Groenland se réduit de plus en plus, n'arrivant plus à être compensée par les chutes de neige. La fonte a augmenté de 10 % de 2005 à 2007.

Un iceberg détaché suite à la fonte du glacier Jacobshavn en 2005. Crédit Université du Colorado

Entre 1979 (date des premiers relevés par satellite) et 2006, la fonte s'est accrue d'environ 30 % à l'ouest du Groenland, avec des pics atteints en 1987, 1991, 1998, 2002, 2005 et 2007. Pendant ce temps la température de la couche d'air en surface augmentait de près de 4 °C, probablement sous l'effet du réchauffement climatique.

Ces données ont été présentées par le professeur Konrad Steffen, directeur du Cooperative Institute for Research in Environmental Sciences, dans le Colorado, lors de la réunion de l'American Geophysical Union qui se tient à San Francisco du 10 au 14 décembre 2007.

Bien que les glaces du Groenland se soient épaissies en certains endroits après des chutes de neige abondantes, ce gain ne compense plus les pertes estivales dues à la fonte des glaciers. Selon Steffen, le Groenland a perdu en une seule année le double de la quantité de glace contenue dans les Alpes.

A l'est du Groenland, le glacier Jacobshavn qui concentre environ 8 % des glaces du plateau environnant a vu sa cadence de fonte doubler au cours de la dernière décennie. L'eau qui s'en échappe s'infiltre sous les glaciers situés en contrebas. Elle produit un effet de lubrification grâce auquel ces masses de glace glissent vers la côte à une vitesse qui ne cesse d'augmenter.

« A terme, les régions les plus sensibles au changement climatique sont les glaciers dits dynamiques comme le Jacobshavn, qui génèrent des canaux d'écoulement depuis les zones les plus éloignées », indique Steffen. Il  ajoute que l'inclusion de ces glaciers dans le modèle de l'Intergovernmental 2007 Panel sur l'évaluation des conséquences du changement climatique démontrera probablement que les prévisions de l'élévation du niveau de la mer sont nettement sous-évaluées.

Des relevés effectués par hélicoptère indiquent un plus grand nombre de puits de glace, sorte de tunnels verticaux de forte section atteignant les couches de roche en sous-sol et qui permettent aux eaux de fonte de passer sous la couche de glace. « Ces véritables drains naturels permettent à la couche de glace de répondre plus rapidement que prévu aux pics de température en début de saison chaude, déclare Steffen. Cette année, la fonte a commencé beaucoup plus tôt que d'habitude ».

Steffen et son équipe ont utilisé un laser rotatif et un système d'imagerie numérique à haute résolution fournis par le Jet Propulsion Laboratory de la Nasa pour relever le volume et la géométrie des puits de glace sur la carte du Groenland, jusqu'à une profondeur de plus de 300 mètres. « Nous savons que leur nombre augmente, déclare Steffen. Le tout est de savoir quelle quantité d'eau atteint le lit de glace et avec quelle rapidité elle y arrive ».

La superficie du Groenland est d'environ un quart de celle des Etats-Unis, et 80 % en sont recouverts par la glace, ce qui représente environ 3.100.000 kilomètres cubes. Sa fonte complète provoquerait une élévation du niveau des océans d'environ 8 mètres.