Planète

En Antarctique, les vents inhiberont l'élévation du niveau de la mer

ActualitéClassé sous :climatologie , Antarctique , niveau de la mer

Les changements du régime de vent autour de l'Antarctique pourraient bien modifier les prévisions climatiques. Plus les vents d'ouest s'intensifient, plus le niveau de la mer s'abaisse sur les côtes les plus septentrionales du continent. Cela pourrait entraîner une diminution du niveau de la mer de 40 cm d'ici 70 ans.

La circulation dominante dans l’océan austral est animée par les vents d’ouest qui génèrent le courant circumpolaire antarctique. Mais des circulations locales surviennent sur le continent. La vitesse moyenne du vent est relativement modérée dans les régions centrales (10 à 20 km/h) et plus élevée sur les côtes (30 à 70 km/h) où les rafales peuvent atteindre des vitesses record de plus de 300 km/h. © DomDom60, Flickr, cc by nc nd 2.0

Le climat en Antarctique pourrait bien contrecarrer la hausse du niveau de la mer prévue par les modèles numériques. Localement, les vents changent, ils s'accélèrent et migrent plus au sud. Cette tendance s'observe depuis les années 1950, elle est largement vue comme une réponse du milieu à l'appauvrissement de la couche d’ozone. Encerclant l'Antarctique, les vents d'ouest devraient s'intensifier et migrer de 4° vers le sud d'ici 70 ans. Cette configuration pourrait bien inhiber l'augmentation du niveau de la mer.

Si la calotte antarctique venait à fondre complètement, l'océan s'élèverait de 60 m. Mais il est difficile de prévoir l'évolution du continent de plus de 14 millions de km2 tant son climat est complexe. Les vents, et les vagues associées, sont d'une intensité rarement égalée dans le reste du monde. Parce qu'ils ne rencontrent jamais de terres, ces vents d'ouest sont extrêmement puissants, et jouent un rôle dans le climat global.

Le continent antarctique est encerclé par des vents d'ouest, représentés sur cette figure par les flèches noires. Les couleurs indiquent la température de l'océan, du bleu pour la plus froide à l’orange pour la plus chaude. © Paul J. Goodman, University of Arizona

Cette circulation atmosphérique génère un courant marin, le courant circumpolaire antarctique, le seul à n'être jamais stoppé par les côtes et donc à relier tous les océans. Il est si fort qu'il provoque des déplacements d'eau de 130 millions de m3/s. Une équipe de recherche, menée par le géophysicien Leela Franckcombe, rapporte que l'intensification des vents pourrait entraîner une baisse du niveau de la mer de 40 cm en seulement 70 ans. Leurs résultats sont publiés dans les Geophysical Research Letters. Pour mesurer l'ampleur du résultat, rappelons qu'avec le scénario le plus pessimiste, le Giec prévoit une augmentation moyenne mondiale de 97 cm du niveau de la mer.

Le bilan énergétique des océans est modifié

La force de Coriolis, liée à la rotation de la Terre, engendre une pente du niveau de la mer. Comme le courant circumpolaire antarctique tourne dans le sens horaire, la pente est plus importante pour les côtes les plus au nord. On s'attend à ce que les vents d'ouest s'intensifient de 15 % ces prochaines 70 années, et donc à ce que le courant et la pente engendrée du niveau de la mer augmente.

Par ailleurs, l'équipe rapporte que les vents d'ouest migrent au sud, et pourraient se trouver à 4° de latitude plus près du pôle d'ici 70 ans. Un tel déplacement entraînerait une diminution du transfert de chaleur depuis l'atmosphère vers l'océan. Le courant circumpolaire est connecté à tous les océans, et joue un rôle dans la circulation de chacun d'entre eux. Réduire le transfert de chaleur peut à terme réduire la quantité chaleur de l'océan global. Sans prendre en compte le réchauffement climatique actuel, les auteurs de l'article rapportent que la diminution d'apport de chaleur pourrait réduire la hausse du niveau de la mer mondial de 5 cm.