Des chercheurs de l’Université de Cincinnati affirment que les araignées de nos jardins sont douées de personnalités propres. © PollyDot, Pixabay, CC0 Public Domain

Planète

Étonnant : les araignées auraient chacune leur personnalité

ActualitéClassé sous :araignée , araignée loup , Université de Cincinnati

D'un point de vue neurophysiologique, les araignées sont des animaux plus basiques que les souris ou d'autres vertébrés. Faut-il pour autant en conclure que leurs comportements sont entièrement déterminés par leurs gènes ? Preuves à l'appui, les biologistes américains assurent que non...

Quelle est la première chose qui vient à l'esprit lorsqu'il est question d'araignées ? Sans doute pas que celles-ci puissent se montrer charmeuses. Pourtant, des chercheurs de l'université de Cincinnati (États-Unis) affirment, de multiples observations à l'appui, que ces créatures sont capables de développer une personnalité propre. Une personnalité construite plus sur l'expérience que sur leur patrimoine génétique. Une personnalité qui les mènera soit à se reproduire avec une belle femelle, soit à lui servir de dîner.

George Uetz est professeur en biologie à l'université de Cincinnati. Il a dédié sa carrière entière à l'étude des araignées et publié plus de 120 articles à ce sujet. Un authentique expert. Pourtant il assure n'avoir jamais imaginé qu'une telle variabilité de comportements puisse être observée chez des araignées d'une même famille. Cette famille, c'est celle des araignées loups.

Dans le laboratoire dirigé par George Uetz évoluent simultanément quelque 1.800 araignées. Un véritable cauchemar pour arachnophobe ! D'autant que celles-ci proviennent simplement de la forêt du Cincinnati Nature Center où elles pullulent. « Comme dans toutes les arrière-cours », remarque le biologiste. Une fois ramassées à la lueur d'une lampe à Led qui fait scintiller leurs yeux, elles sont triées par espèce et par sexe.

Les chercheurs de l’université de Cincinnati espèrent faire de l’araignée loup un modèle qui servira à étudier les maladies et les questions environnementales au bénéfice de l’Homme. © Université de Cincinnati

La personnalité s’exprime au moment de l’accouplement

Dans une première étude, les chercheurs de l'université de Cincinnati se sont intéressés à la Gladicosa bellamyi. Ils ont observé que les femelles produisent des fils de soie chargés de phéromones. Ces indicateurs chimiques renseignent les mâles quant à l'état d'esprit des femelles. Une manière pour eux d'apprendre si une femelle en particulier est réceptive, si elle s'est déjà accouplée ou si elle a récemment dévoré un ou plusieurs mâles. Dans ce dernier cas, deux options s'offrent aux mâles. Certains choisissent de se cacher. D'autres préfèrent s'agiter jusqu'à brouiller les sens des femelles. Une première divergence dans la personnalité des araignées.

En étudiant à l'aide d'un vibromètre laser et d'une caméra vidéo, la parade nuptiale de la Schizocosa ocreata, les chercheurs de l'Université de Cincinnati en ont appris un peu plus. Notez avant tout que dans quelque 10 % des rencontres, les femelles dévorent les mâles avant même qu'ils n'aient eu le temps de passer à l'acte. Chaque tentation de séduction est donc assez risquée.

Un mâle trop charmeur et sûr de lui risquera de se faire dévorer.

C'est le déhanché du mâle — une attitude sans équivoque qui vaut à la Schizocosa ocreata le surnom de twerk-araignée au sein du laboratoire de George Uetz — qui provoque des vibrations au sol et qui attire la femelle. Et plus les vibrations sont marquées, plus les chances de succès sont importantes pour le mâle. Lorsque la femelle s'approche et fait la révérence, la partie semble gagnée. Mais il peut s'agir d'une ruse visant à amadouer le mâle avant, pour la femelle, de passer à l'attaque. Un mâle trop charmeur et sûr de lui risquera de se faire dévorer. Un mâle plus prudent et timide pourra avoir la vie sauve, mais ne se reproduira peut-être jamais. « Et tous ces comportements sont appris par expérience », assure George Uetz.

Pour préciser encore un peu plus les choses, les chercheurs de l'université de Cincinnati sont allés jusqu'à créer des araignées chimériques à partir d'images et de vibrations enregistrées lors des expériences précédentes. Des araignées bien réelles ont alors été mises en présence de ces congénères virtuels et se sont laissées prendre au jeu. Une manière originale pour les biologistes américains de déterminer avec précision ce qui, du côté du sexe opposé, engendre une réponse pouvant mener à l'accouplement.

La Selenops, une araignée qui plane d'arbres en arbres  L’araignée Selenops se rencontre en Amérique, en Afrique et dans le sud de l’Asie et de l’Europe. Ce genre, principalement arboricole, a la capacité de planer avec une étonnante agilité, comme on peut le voir durant cette vidéo de l’université de Berkeley (États-Unis).