C’est dans une réserve du Guatemala qu’une photo d’une Bolitoglossa jacksoni, ou Merveille dorée, a été prise récemment. Cette salamandre échappait aux chercheurs depuis 1975. © Viajmun, Pixabay, CC0 Creative Commons

Planète

Une salamandre présumée éteinte fait son grand retour

ActualitéClassé sous :animaux , salamandre , espèce disparue

Elle avait été observée pour la dernière fois en 1975 et les chercheurs la pensaient éteinte. Mais surprise ! Un gardien d'une réserve du Guatemala vient de repérer un spécimen de cette salamandre affectueusement nommée Merveille dorée.

Depuis plus de dix ans, Carlos Vasquez, un herpétologiste du Guatemala avait passé plus de 3.000 heures à traquer Bolitoglossa jacksoni. Et il avait appris aux gardiens de la Finca San Isidro Amphibian Reserve à la reconnaître. Grand bien lui en a pris puisque l'un d'eux vient de lui envoyer une photo fraîchement prise d'un spécimen vivant de cette salamandre.

B. jacksoni a été baptisée ainsi en l'honneur de Jeremy Jackson, l'étudiant qui l'a découverte en 1975. Et on lui a rapidement donné le surnom de Golden Wonder, la Merveille dorée, donc, pour son corps d'un jaune lumineux souligné par une large traînée noire qui court de sa tête jusqu'à sa queue.

Les chercheurs ne savent quasiment rien de Bolitoglossa jacksoni qui n’a été observée qu’une poignée de fois. © Carlos Vasquez Almazan

La Golden Wonder vivait là où on ne la cherchait pas

En avril dernier, la Merveille dorée avait été placée sur une liste des 25 espèces les plus recherchées par le Global Wildlife Conservation, une organisation qui lutte pour la conservation de la vie sauvage. Le but de cette liste est de retrouver des espèces qui n'ont pas été observées depuis plusieurs décennies, mais dont l'extinction n'a pas été confirmée.

La salamandre — probablement un jeune mâle — a été photographiée quelque 300 mètres au-dessus de sa zone d’habitat présumée. Jeremy Jackson affirme avoir dansé de joie à l'annonce de cette (re) découverte. Et pour Don Church, du Global Wildlife Conservation, cet exemple montre comment protéger les habitats — grâce à des réserves, notamment — donne une chance supplémentaire de survie aux espèces.

Une étonnante salamandre robotisée  Le robot bioinspiré Salamandra robotica II présente l’incroyable faculté de pouvoir, au choix, nager ou marcher en fonction du milieu dans lequel il évolue.