Mots-clés |
  • photos

Photo : Macaque

Lancer le diaporama

Macaque

Description

Macaca fuscatta – Macaque du Japon

 

Description

 

Les macaques sont les primates de l’Ancien Monde les plus répandus et les plus nombreux. Ils appartiennent à la famille des cercopithécidés. On peut les rencontrer dans les forêts tropicales du sud-est de l’Asie, les savanes broussailles de l’Inde, les montagnes enneigées du massif himalayen, les forêts tempérées du Japon et dans la chaîne de l’Atlas au Maroc.

 

De toutes les espèces, le plus connu est le macaque rhésus qui vit dans le nord-ouest de l’Inde, au nord du Vietnam, au Myanmar et en Thaïlande. Le plus photogénique et le plus étonnant, est sans conteste le macaque du Japon qui, comme son nom l’indique, ne se trouve que dans les montagnes des îles de l’archipel nippon. Doté d’une grande résistance au froid, il est le plus septentrional des singes de la planète.

 

Portrait

 

Macaca fuscatta habite les forêts mixtes de feuillus et de conifères des montagnes, à proximité des sources thermales indispensables à leur survie en hiver. D’une taille allant de 75 à 90 cm sans la queue, et d’une poids variable de 8 à 14 kg selon le sexe, les différentes sous espèces ne se différencient que par leur localisation géographique. La longévité d’un macaque du Japon peut atteindre plus de 30 ans. Son pelage est de teinte beige pâle et recouvre l’ensemble du corps, à l’exception de la face qui est rosâtre et qui peut virer au rouge vif dans certaines circonstances. La fourrure est très épaisse et la queue est réduite à un moignon pour limiter l’exposition au froid et à la neige qui le recouvre parfois durant la nuit.

 

Son alimentation est omnivore. Il vit en groupes de 40 à 200 individus en moyenne, et passe l’essentiel de ses journées au sol à la recherche de nourriture. Pour dormir, il se blottit contre ses congénères. Lorsque la température chute, l’épaisse toison de macaca fuscatta ne suffit plus à le réchauffer. Il pénètre alors sans hésitation dans l’un des nombreux bassins qui parsèment les montagnes volcaniques, et dont l’eau sourd de la terre à 40°. Son corps emmagasine ainsi de la chaleur jusqu’au prochain bain. Confortablement installé, il satisfait à l’indispensable activité sociale qu’est l’épouillage.

 

Recherche

 

Depuis que la science et la médecine procèdent à des expérimentations, les macaques ont payé un lourd tribut, peut-être pas toujours justifié, à notre bien être. En 1940 la découverte de Landsteiner permit de classer les différents groupes sanguins selon la présence ou non d’antigènes A ou B à la surface des globules rouges. C’est un macaque rhésus (macaca mulatta) qui servit à fabriquer le premier sérum-test permettant de différencier les différents groupes sanguins qui portent aujourd’hui le nom de « groupes rhésus ».

 

Ces singes furent également utilisés en chirurgie expérimentale (greffe rénale porcine), en médecine nucléaire (immunothérapie anti-cancer), en neurosciences (cognition, orientation spatiale), en virologie (hépatites virales, herpès, poliomyélite, sida..,), en pharmacologie (toxicologie), dans les cosmétiques (tests des ingrédients), dans le domaine militaire (guerre biologique) et spatial. En mars 1967, depuis Hammaguir en Algérie, la France envoya dans l’espace une guenon macaque surnommée Martine, afin de vérifier si, en l’absence de gravité, un mammifère était capable d’exécuter des actes réclamant réflexion, mémoire et capacités motrices.

 

Actualité

 

Le 02 octobre 2000, les chercheurs de l’université des sciences de l’Oregon à Portland, donnèrent naissance à ANDI, le premier PGM (Primate Génétiquement Modifié). ANDI pour ADN inséré. Le singe est porteur d’un gène marqueur codant pour une protéine fluorescente verte de… méduse ! Les scientifiques attendent patiemment la puberté du macaque pour savoir si le gène inséré peut être transmis à une descendance. L’expérience consiste à étudier, via le gène, la progression de certaines maladies afin d’y trouver des remèdes.

 

En fin d’année 2004, une nouvelle espèce de macaque a été découverte en Inde. Cela ne s’était pas produit depuis une centaine d’années. Voir lien suivant :

 

www.up.univ-mrs.fr/aeeb/singe.htm

 

Commentaires Patrick Straub

 

Lire le dossier "Menaces d'extinction de nos proches parents"

www.futura-sciences.com/comprendre/d/dossier518-1.php

connexes

Vos réactions

Chargement des commentaires