Les sprays aux huiles essentielles diffusent du limonène, qui peut provoquer des réactions chez les asthmatiques. © Africa Studio, Shutterstock

Maison

Air intérieur : faut-il éviter les sprays aux huiles essentielles ?

Question/RéponseClassé sous :Bâtiment , spray , huile essentielle

Par Marie-Céline Jacquier, Futura

 

Les sprays aux huiles essentielles sont commercialisés avec comme argument qu'ils assainissent l'air ambiant ; l'idée est qu'ils éliminent les microbes, voire des allergènes, tout en parfumant votre intérieur. D'après des médecins, allergiques et asthmatiques devraient les proscrire.

Dans Le Parisien, des médecins tirent la sonnette d'alarme concernant les sprays aux huiles essentielles. Ces produits, pour permettre que votre intérieur sente bon, libèrent des composés organiques volatils (COV) qui participent à la pollution de l'air intérieur. Les COV posent souci pour les personnes souffrant de problèmes respiratoires, dont les asthmatiques.

Parmi les COV, se trouve le limonène, une substance naturellement présente dans les agrumes, mais pas innocente.

Allergies : le limonène peut irriter les personnes asthmatiques

Une étude de 2015, du pôle de pathologie thoracique de Strasbourg, s'était intéressée à la concentration du limonène libéré par un mélange de 41 huiles essentielles de Puressentiel®. Ce produit est commercialisé avec comme argument qu'il détruit les acariens. Les chercheurs ont mesuré la quantité de limonène de deux manières : par pesage (le produit contient 4,5 % de limonène) et avec quatre pulvérisations dans une cabine de 9 m3, en suivant les recommandations du fabricant.

La masse de limonène était de 57,7 mg pour quatre pulvérisations. Dans une pièce de 9 m3, la concentration calculée était de 6,4 mg/m3, mais la concentration directe dans l'air était en fait de 15 mg/m3. D'autres travaux ont montré que des concentrations de COV de 2,5 mg/m3 peuvent induire des réactions chez les personnes asthmatiques. Ils ne devraient donc pas utiliser de tels produits.

Interview : les risques insoupçonnés du tabagisme passif  La fumée de cigarette contient plus de 4.000 substances différentes, dont plus de 60 s’avèrent cancérogènes, pour les fumeurs comme pour ceux exposés de façon passive. Futura-Sciences a interviewé le professeur Paul Hofman, directeur du laboratoire de pathologie de Nice et chercheur pionnier dans la détection du cancer du poumon, pour en savoir plus sur les risques du tabagisme passif. 

  Les commentaires ne sont pas disponibles pour le moment.