Maison

Bio-construction : bois massif et bois cordé

Dossier - Matériaux de construction : modernité et tradition
DossierClassé sous :Maison , matériaux de construction , matériau de construction

-

Vous envisagez de faire bâtir une maison ? Alors il convient de choisir les matériaux de construction avec soin. Tour d'horizon des différentes options, traditionnelles ou modernes, de la brique à l'ossature acier, avec leurs avantages et leurs défauts.

  
DossiersMatériaux de construction : modernité et tradition
 

L'argile et le bois sont les piliers de la bio-construction, avec la paille ! Bien qu'il soit issu d'une transformation, le bloc de pierre ponce (évolution d'un antique système) a sa place dans cette grande famille.

Maison en bois. © Cortez13, Pixabay, DP

Si le bois présente un bilan d'énergie grise relativement élevé, la plupart des autres matériaux de la filière bio font dans l'excellence : 0 W/m.K pour la paille, 16 W/m.K pour le béton terre-paille, 90 W/m.K pour le béton chaux-chanvre, 100 W/m.K pour le pisé... Seule la brique de terre crue stabilisée au ciment explose le compteur avec 780 W/m.K.

Le bois massif

Cordé, empilé ou utilisé en parpaing, le bois massif est au top de sa forme. Les procédés traditionnels prennent un coup de jeune et s'invitent dans le paysage de la modernité. Le Canada et les pays nordiques en maîtrisent tous les aspects. La France n'est pas mal non plus.

Le bois cordé

Construire en bois cordé - netoos.org/boiscorde

Venu du Canada, ce procédé datant du XVIIe siècle doit son appellation à la vente du bois de chauffage à « la corde ». Toujours en usage, il est néanmoins en perte de vitesse dans son pays d'origine en raison de la main-d'œuvre nécessaire, nombreuse, et de l'exigence d'un bois parfaitement sec. Un bois humide engendre des problèmes d'étanchéité en se rétractant. Importée par François Tangay dans les années 80, la technique de construction se caractérise par des murs de forte épaisseur : 30 à 50 cm. Grâce à cette masse et aux propriétés isolantes des matériaux employés, le coefficient de transmission thermique est inférieur à la limite définie par la RT 2005 : U = 0,33 W/m2.K pour une paroi de 40 cm.

© G. Thuau, Association le Bio-Lapin

Procédé économique et flexible, le bois cordé requiert des bûches rondes ou fendues, de la sciure, des copeaux, du sable et de la chaux hydraulique naturelle (NHL). Les bûches (châtaignier, pin Douglas...) sont écorcées et mises à sécher quatre à cinq ans. Elles sont alors recoupées en longueur selon l'épaisseur de mur voulue. La construction est édifiée sur une dalle de fondation. Délimités par deux cordeaux, les murs se montent en disposant les bûches transversalement sur deux boudins de mortier. Elles sont liées au fur et à mesure et les espaces vides remplis de copeaux : ceux-ci peuvent être remplacés par du liège en vrac afin d'accroître les qualités thermiques des parois. Comme pour toute construction, des réservations sont ménagées à l'emplacement des huisseries. La charpente et la couverture sont réalisées de façon traditionnelle. L'aspect final peut déconcerter mais avec un peu de talent, on parvient à de réelles réussites esthétiques.