Maison

En pratique : la technique du sarking

Dossier - Isoler la toiture par l’extérieur : confort et gain de place
DossierClassé sous :Maison , chevrons , pannes

-

L'isolation de la toiture par l'extérieur permet un gain de place et de meilleures performances. Découvrez les particularités du sarking, des caissons chevronnés et des panneaux sandwichs. Des données techniques sont données pour comparer les différents systèmes.

  
DossiersIsoler la toiture par l’extérieur : confort et gain de place
 

Le sarking nécessite une pose minutieuse, en plusieurs phases. Quel que soit l'isolant retenu, le sarking se caractérise par un long temps de mise en œuvre, laquelle s'effectue couche après couche.

  • Le chantier démarre en fixant sur les chevrons le parement inférieur, qui va recevoir l'isolation et servir de « plafond » aux rampants. Le procédé offre une grande liberté en matière de parement, à condition que ce dernier soit suffisamment épais, rigide et résistant au feu : plaques de plâtre hydrofugées « coupe feu », panneaux de contreplaqué CTB-X ou d'aggloméré CTB-H (traités contre l'humidité), à lamelles minces orientées OSB, etc.
Fixation des panneaux de polystyrène extrudé (Roofmate sarking) avant la pose de la couverture. © Dow Chemical Company
  • En zone montagneuse (à partir de 900 mètres), pour la plupart des isolants « sarking », le parement doit être recouvert d'un écran d'interposition, pare-vapeur ou autre. Les lés sont déroulés horizontalement, et les raccords soigneusement étanchéifiés à l'aide d'un adhésif spécial. En climat de plaine (en dessous de 900 mètres), l'écran est facultatif. 
Principe d’isolation à base de panneaux EXP ou XPS. 1. Panne 2. Chevron 3. Plancher rampant 4. Isolant 5. Contrelatte 6. Liteau 7. Couverture (ordre des numéros à inverser selon modèle). © Dow Chemical Company

À noter : il apparaît que les panneaux de polystyrène posés en une épaisseur (question de structure sans doute) échappent à cette disposition dans tous les cas de figure. Aucun écran d'interposition n'est mentionné dans les dossiers techniques des fabricants (Dow Chemical Company, Isover...) validés par des avis du CSTB. Par contre, si la couche isolante est doublée, le CSTB en fait une obligation dans son guide des « Couvertures en climat de montagne ».

Isolation réalisée avec des panneaux de laine de roche (Rockciel). © Rockwool
  • Les panneaux isolants sont installés sur l'écran, en veillant à ne pas le plisser, ni le déplacer. Peu importe le système d'assemblage, la pose obéit à un même principe : éviter les ponts thermiques ! Pour ce faire, la disposition s'effectue en quinconce, à joints serrés et alternés. Une rangée sur deux démarre par un demi-panneau. Le travail s'effectue normalement de bas en haut, à partir de l'égout de toit. On progresse ainsi d'une rive à l'autre, jusqu'au faîtage.
  • Un écran de sous-toiture vient (éventuellement) recouvrir le tout. Il peut s'agir d'un simple voile étanche, d'un film à face réfléchissante ou bitumeux, d'une membrane de type HPV, etc. Le choix dépend de plusieurs paramètres : compatibilité avec l'isolant et son mode de pose, présence ou non d'une ventilation adaptée... 
Principe du sarking en laine de roche 1. Panneau support 2. Pare-vapeur 3. Butée d’égout 4. Isolant 5. Écran de sous-toiture éventuel 6. Contre-liteaux 7. Espace de ventialtion 8. Liteaux 9. Couverture. © DR
  • Une fois l'écran déployé, l'ensemble est maintenu par des contre-lattes clouées ou vissées (après préperçage) au droit des chevrons. Les pièces de bois doivent avoir une section minimale, leur épaisseur déterminant l'espace de ventilation en sous-face de la couverture (voir le guide du CSTB « Dimensionnement des bois supports de couverture en petits éléments »). Le choix des fixations est règlementé (norme NF EN 27-95), ainsi que leurs espacements et dimensions.