Maison

PAC : pompe à chaleur air-eau

Dossier - De la pompe à chaleur au puits canadien
DossierClassé sous :chauffage , Maison , Pompe à chaleur

Michel Berkowicz, Futura-Sciences

Découvrez, dans ce dossier introductif, les différents types de pompes à chaleur, de la pompe à chaleur aérothermique à la pompe à chaleur géothermique.

  
DossiersDe la pompe à chaleur au puits canadien
 

Le principe de captage d'air d'une pompe à chaleur air-eau est identique à celui d'une pompe à chaleur air-air. La différence réside dans le mode de distribution des calories (chauffage central) et la nature des émetteurs de chaleur, déjà en place ou à prévoir.

Radiateur avec thermostat. © Sashkin, Shutterstock

Si la maison dispose d'une chaudière gaz ou fioul en bon état, nul besoin de modifier l'installation intérieure. La pompe à chaleur air-eau s'installe en relève de chaudière : c'est-à-dire en parallèle.

Exemple de PAC en relève de chaudière. La pompe aérothermique (1) capte la chaleur de l'air et la transmet au circuit hydraulique. Une vanne (2) permet de répartir l'eau chaude entre le circuit de radiateurs basse température (3) et la chaudière (4). La chaudière alimente la maison en eau chaude (5) et relève la pompe lorsque la température extérieure l'exige. © NovEnergie

La pompe à chaleur air-eau fonctionne tant que la température extérieure permet un bon rendement. Lorsque le froid s'intensifie au risque de provoquer une surconsommation d'électricité, la chaudière se met en route. Ce n'est qu'à cet instant que le stock de gaz ou de fioul est entamé.

Principe de la PAC aérothermique. © Avenir Énergie

PAC haute température

Avec des radiateurs classiques, cas le plus fréquent, le choix se porte sur une PAC haute température (65 °C et +) capable d'assurer aussi la production d'eau chaude sanitaire. Si la maison est déjà équipée de radiateurs basse température ou de planchers chauffants, c'est un modèle BT° (plus économique) qui convient. Il peut être associé à un ballon ECS indépendant.

Dans le cas d'une rénovation complète, l'idéal est la PAC réversible avec option planchers rafraîchissants. Ce système est toutefois moins performant qu'une clim réversible car l'eau circulant dans le circuit n'est pas vraiment froide : 18 °C au plus bas.

Exemples d’équipements basse température (données pour circuit hydraulique à 35 °C). © DR

Sur la photo ci-dessus, on peut voir les éléments suivants (de gauche à droite et de haut en bas) :

  1. Pompe à chaleur techno Inverter (4 références). Puissance absorbée ext. + 7 °C : 1.880 à 4.170 W. Ext. - 7 °C : 1.910 à 4.220. Puissance restituée ext. + 7 °C : 8.500 à 1.880 W. Ext. - 7 °C : 5.000 à 11.100 W. COP : 4,52-4,40 à 2,61-2,50. Volume eau piscine à 26 °C (ext. 15 °C) : 50 à 110 m3. Niveau sonore : 45-49 à 45-54 dB (A). Modèle Ener'O de Walter Meier (renseignements commerciaux auprès du fabricant).
  2. Module hydraulique ECS (intérieur). Débit d'eau mini : 1,5 à 3,2 m3/h. Niveau sonore 30-31 dB (A). Puissance absorbée circulateurs (en option) : 9.300 à 13.000 W. Réf. 254, 364, 484 et 604.
  3. Ventilo-convecteurs.
  4. Plancher chauffant.

Comparaison entre une clim réversible et une PAC aérothermique

 
Comparaison entre une climatisation réversible et une PAC réversible. © DR
  Les commentaires ne sont pas disponibles pour le moment.