La plupart des chaudières à condensation fonctionnent au gaz. © matteogirelli, Fotolia

Maison

Chaudière à condensation

DéfinitionClassé sous :chauffage , chaudière à condensation , rendement d'une chaudière à condensation

Le principe d'une chaudière à condensation ressemble à celui d'une chaudière classique. Cependant, dans une chaudière à condensation, la chaleur latente des fumées générées par la combustion du gaz — ou du fioul — est exploitée.

La vapeur d'eau chauffe l'eau de retour des radiateurs puis se condense

Ainsi, la vapeur d'eau contenue dans les gaz de combustion sert à chauffer l'eau de retour des radiateurs revenant à la chaudière. De quoi éviter à la chaudière un travail de réchauffement. La vapeur d’eau refroidie se condense ensuite et est évacuée via le réseau des eaux usées.

Principe de fonctionnement d’une chaudière à condensation. © Jean-Luc Menet, CC by-NC-sa 2.0

Avantages et inconvénients de la chaudière à condensation : rendement…

Le rendement d'une chaudière à condensation est particulièrement élevé, car la chaleur produite par la chaudière est quasiment restituée en totalité de manière utile. Ainsi, la condensation permet un gain en rendement de quelque 20 % en moyenne sur celui d'une chaudière standard. De quoi économiser de l’énergie.

D'autant plus lorsque la chaudière à condensation est couplée avec un plancher chauffant à chaleur douce fonctionnant avec une eau à des températures comprises entre 45 et 55 ° C. En effet, moins la température de l'eau de retour est élevée, plus le rendement est important. En revanche, lorsque la maison n'est pas raccordée au gaz de ville, une citerne de gaz propane doit être installée en extérieur, et les rendements sont alors moindres.

Autre inconvénient : la chaudière à condensation rejette quelque 10 litres d'eau par jour. Le raccordement au réseau des eaux usées est donc indispensable.

Chaudière à condensation et écologie

Les températures des fumées produites par les chaudières à condensation sont moins élevées (50 °C) que celles produites par des chaudières classiques (200 °C). De quoi réduire leurs effets polluants. D'ailleurs, le fait que la combustion soit plus complète permet déjà de réduire les émissions de gaz polluants.

  Les commentaires ne sont pas disponibles pour le moment.