Maison

Un textile lumineux pourrait dépolluer l'air ambiant

ActualitéClassé sous :décoration , fibre optique , LED

Une équipe de chercheurs lyonnais a mis au point un textile capable d'absorber certains polluants présents dans l'environnement, grâce à une source de lumière (des Led), des fibres optiques pour la diffuser et un photocatalyseur. Des tests d'efficacité sur différents types de polluants, comme les particules fines et les COV, sont en cours.

L’innovation s’appuie sur un procédé chimique appelé photocatalyse, connu depuis les années 1990, qui permet de neutraliser les polluants sous l’action de la lumière. © Cyril Fresillon, IRCELYON, CNRS

La mise au point d'un textile « intelligent » par une équipe du CNRS de Lyon pourrait signer une réelle avancée à la fois dans la qualité de l'air intérieur des habitations et dans la dépollution de procédés industriels. Avec un engouement de plus en plus prononcé pour la « déco écolo », ce textile d'un nouveau genre pourrait trouver sa place aux côtés des plantes dépolluantes tendance, pour habiller nos canapés, coussins, rideaux, couvertures...

L'idée originale est d'intégrer dans un tissu à la fois des fibres optiques, des Led et un photocatalyseur, en l'occurrence du dioxyde de titane. L'innovation s'appuie en effet sur la photocatalyse, un procédé connu depuis les années 1990, qui permet de neutraliser les polluants par une réaction catalytique déclenchée sous l'action de la lumière. Le secteur du bâtiment l'utilise déjà dans des peintures ou des bétons dits autonettoyants.

L’équipe du CNRS de Lyon explique (un peu) le principe de ce tissu où la lumière, diffusée par un entrelacs de fibres optiques, vient activer des réactions chimiques capables de décomposer certains polluants. © Cyril Fresillon, Ircelyon, CNRS, Le Monde

Neutraliser les polluants par photocatalyse

Ce procédé chimique tenu secret (qui permet la fixation du dioxyde de titane sur le tissu) est élaboré dans le laboratoire de recherche et développement Brochier Technologies de Villeurbanne (Rhône) qui s'est fait une spécialité du tissage de fibres optiques pour des applications dans les domaines de l'éclairage, de la communication, de la sécurité, de la dépollution et du médical. L'équipe collabore avec l'Institut de recherches sur la catalyse et l'environnement de Lyon (Ircelyon).

À ce jour, la recherche continue pour tester l'efficacité du textile sur les différents types de polluants comme les particules fines. Dans le domaine industriel, le dispositif est actuellement testé sur le terrain pour traiter des résidus présents dans l'eau comme les médicaments et les pesticides afin d'éviter leur rejet dans la nature.