Grâce à ses murs en béton armé et à ses poutres de couplage, la Torre Reforma est annoncée comme l’une des tours les plus sûres d’Amérique du Sud. Sa construction a été achevée en juillet 2016. © Torre Reforma

Maison

Torre Reforma, le gratte-ciel conçu pour résister aux séismes pour les 2.500 ans à venir

ActualitéClassé sous :Bâtiment , Torre Reforma , Gratte-ciel

Par Nathalie Mayer, Futura

Des murs extérieurs en béton armé reliés par des poutres de couplage : voilà les bases d’un gratte-ciel censé résister à tous les séismes susceptibles de survenir dans les… 2.500 années à venir ! Située à Mexico, la Torre Reforma, achevée en juillet dernier, se veut l’une des tours les plus sûres d’Amérique du Sud.

La Torre Reforma, comprenez « tour de la réforme », c'est ainsi qu'a été baptisé le plus haut gratte-ciel de Mexico (Mexique). Avec ses 246 mètres et ses 57 étages, il est loin de rivaliser avec les plus hauts gratte-ciel du monde. Sa particularité à lui, c'est qu'il a été spécialement conçu par des architectes et ingénieurs londoniens de la société Arup pour résister aux séismes.

La Torre Reforma s’élève à quelque 246 mètres de haut dans le ciel de Mexico. © Torre Reforma

Car Mexico se situe au cœur d'une intense zone sismique. Une zone de subduction entre la plaque tectonique de « Cocos » et la plaque nord-américaine, la première passant sous la seconde en provoquant régulièrement des tremblements de terre qui menacent la capitale du Mexique. Les spécialistes craignent ainsi que ne survienne bientôt un « big one » à plus ou moins 8 sur l'échelle de Richter.

Une maison protégée datant de 1929 a été incorporée dans l’architecture ultramoderne et antisismique de la Torre Reforma. © Torre Reforma

Durabilité et résistance, un double défi

La tâche des architectes de la Torre Reforma s'est encore compliquée lorsque les promoteurs ont souhaité que le gratte-ciel figure comme un modèle de bâtiment durable. Leur objectif : qu'il soit le premier à décrocher le titre de bâtiment à haute qualité environnementale selon le standard Leed (Leadership in Energy and Environmental Design) en Amérique du Sud.

La Torre Reforma est composée de 14 groupes de 4 étages, comme autant de bâtiments dans le bâtiment. Chacun d’entre eux dispose d’un jardin intérieur. © Torre Reforma

C'est ainsi, par exemple, que les ingénieurs ont choisi comme base de la Torre Reforma, une architecture triangulaire. De quoi offrir aux locataires, une vue imprenable sur le parc voisin de Chapultepec. La finesse de la tour -- seulement 2.800 mètres carrés d'emprise au sol -- devrait contribuer aux objectifs d'efficacité énergétique en maximisant la pénétration de la lumière naturelle et en facilitant la ventilation naturelle lorsque les conditions extérieures le permettent.

Des sortes de meurtrières géantes apparaissent dans les murs de la Torre Reforma de manière à permettre à la lumière du soleil d’illuminer les jardins intérieurs. © Torre Reforma

Béton armé et poutres de couplage

L'ennui, c'est que cette architecture triangulaire n'est, par nature, pas des plus stables. Soumise à une activité sismique ou même à des vents violents, elle a tendance à vaciller. Alors, les ingénieurs ont imaginé une solution innovante. Des murs de refend en béton armé assurent la stabilité, tant verticale qu'horizontale, du bâtiment. De plus, des poutres dites « de couplage » sont destinées à dissiper le surplus d'énergie lors d'un grand tremblement de terre.

Des poutres de couplage relient les murs en béton armé pour assurer la dissipation de l’énergie. © Torre Reforma

Pour valider leur modèle, les architectes de la société Arup ont simulé les réponses de la Torre Reforma à des séismes représentatifs de ceux susceptibles de survenir dans la région de Mexico. Sur cette base, ils assurent aujourd'hui que le gratte-ciel peut résister à la gamme complète de l'activité sismique prévue dans le secteur pour les 2.500 prochaines années !

  Les commentaires ne sont pas disponibles pour le moment.