Mots-clés |
  • géologie

Biographie de Olivier Evrard

Chercheur au CEA

PDF

Sa biographie

- Etudes et diplômes

2005-2008 Doctorat en Sciences – Université catholique de Louvain (Louvain-la-Neuve, Belgique). Thèse intitulée ‘Muddy floods in the Belgian loess belt: Problems and solutions.’ (« Les inondations boueuses dans la region limoneuse belge: Problèmes et solutions ».)

2002-2004 Master en Sciences géographiques – Université catholique de Louvain (Louvain-la-Neuve, Belgique). Séjour Erasmus (sept. – déc. 2003) à l’Université d’ Almería (Espagne). La plus grande distinction.

2000-2002 Candidature en Sciences géographiques – Université de Namur (Belgique). Grande distinction.

- Parcours professionnel

Depuis déc. 2008 Chercheur CEA (Commissariat à l’Energie Atomique et aux Energies Alternatives) au Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement (LSCE), Gif-sur-Yvette (France) – Recherches sur les transferts de sédiments et de polluants dans les bassins versants et les rivières

Juillet 2008 – Nov. 2008  Attaché au Service Public Fédéral belge “Environnement” à Bruxelles (service « Milieu Marin ») – Travail sur la Directive-Cadre Européenne sur l’Eau et la Convention OSPAR

Jan. 2005 – Juin 2008 Doctorant FRIA (Fonds pour la formation à la Recherche dans l’Industrie et l’Agriculture) au Département de Géographie (Université catholique de Louvain (Louvain-la-Neuve, Belgique). Coordinateur des échanges internationaux d’étudiants (Erasmus, Mercator).

Son métier au quotidien

Mes travaux de recherche portent sur la quantification et la compréhension des transferts de sédiments et de polluants dans les bassins versants et les rivières. En effet, les activités humaines génèrent toute une série de substances (polluants organiques, chimiques ou encore radioactifs) qui sont déversées dans les eaux, sur les sols ou qui sont émises dans l’atmosphère. Parmi celles-ci, on en trouve beaucoup qui présentent une forte affinité pour les particules de sol ou de sédiments. Bien souvent, dès que ces polluants ont trouvé une particule, ils ne la lâchent plus et la suivent lors de son transfert, depuis les zones amont d’un bassin versant (les montagnes, les champs, les sols forestiers,…)  jusqu’aux rivières et, in fine, à l’océan.
    


La confluence de la Nam Khan et du Mékong à Luang Prabang (Laos). Ces rivières charrient une quantité de sédiments et de carbone particulaire considérable. © O.Evrard 

En utilisant la signature chimique des particules (qui dépend par exemple de la géologie de la zone dont elles proviennent) et des marqueurs radioactifs naturels ou artificiels, mon travail consiste à quantifier les sources de particules (et, le cas échéant, les sources de polluants) et à chronométrer leur temps de transfert depuis les zones amont jusqu’aux rivières, puis la durée de leur parcours au sein du réseau hydrographique.


C’est l’érosion des champs à l’amont qui fournit une partie des sédiments que l’on retrouve dans le Mékong. © O. Evrard  

Ce métier passionnant se réalise à travers une succession d’étapes, depuis l’échantillonnage des sources et des sédiments (contaminés ou non) sur le terrain, jusqu’à l’interprétation et à la modélisation des résultats, en passant par les mesures en laboratoire (de géochimie et de radioactivité environnementale, notamment).

Voici quelques exemples de projets en cours actuellement :

* compréhension des transferts des contaminants organiques dans le bassin de la Seine, à l’amont de Paris ;


Carottage de sédiments pour reconstruire l’historique des contaminations dans le bassin de la Seine (France) © Sophie Ayrault (LSCE)

Photo prise à la limite de la zone interdite des 20 km autour de la centrale de Fukushima-Daiichi lors d’une mission d’échantillonnage des sédiments contaminés le long des rivières en avril 2012 (LSCE) © O. Evrard

*  étude de la dispersion des sédiments radioactifs par les rivières drainant le panache de contamination de la Préfecture de Fukushima, au Japon.

Sa dédicace

La science ne se cantonne pas au travail de laboratoire ! Notre planète est un milieu dynamique, où tout évolue constamment. Les organismes vivants interagissent et rétroagissent avec le milieu physique. Tout évolue sans cesse…

En l’espace de quelques décennies, l’action de l’homme a modifié et même parfois rompu les équilibres qui régnaient sur notre planète depuis des siècles, voire davantage. Pour mieux les appréhender, les scientifiques doivent absolument quitter leur laboratoire pour aller sur le terrain afin d’y récolter les données qui leur permettront de mieux comprendre les processus qui régissent ces équilibres et qui les ont perturbés.

Observations, collectes de données et d’échantillons sur le terrain, mesures en laboratoire et in situ, interprétation, modélisation, publication, … Tels sont les maîtres-mots qui régissent le quotidien du chercheur en sciences de l’environnement. Ces dernières années, certains mots-clef sont venus s’y ajouter (rédaction de projets, comptabilité, communication,…) La polyvalence et l’interdisciplinarité sont de mise pour relever les défis environnementaux immenses auxquels la société sera confrontée au cours du XXIème siècle !  Il est également primordial que les résultats des recherches menées soient diffusés tant auprès de la communauté scientifique que des citoyens : ils ne doivent pas dormir dans les tiroirs ou les disques durs des chercheurs !

Pour que les connaissances nouvellement acquises puissent être diffusées de manière claire et efficace auprès de l’ensemble de la société civile, il est indispensable de créer des ponts entre la communauté scientifique et les citoyens. C’est ce que fait Futura-Sciences au travers de son site internet. Cette initiative est à encourager, car elle permet d’améliorer ce transfert de connaissances et, pourquoi pas, de susciter de nouvelles vocations, tant chez les jeunes que chez les moins jeunes ! Merci à Futura-Sciences pour cet engagement qui contribuera, d’une façon ou d’une autre, à la préservation de l’environnement de la planète Terre, qui en a bien besoin au début d’un XXIème siècle qui sera émaillé de nombreux défis pour ses habitants!

Ses dossiers

  • Érosion des sols : dispersion des sédiments de Fukushima

    L'érosion des sols entraîne diverses conséquences, mais une en particulier est importante : la dispersion des sédiments et donc de la pollution. Les sols agricoles en souffrent. À Fukushima, ...