Mots-clés |
  • géologie,
  • temps,
  • Espace,
  • Calendrier
Temps de l'homme, temps de la Terre

La notion de temps est difficile à définir, tant elle relève d’approches différentes. Le temps de l’histoire est celui qui intéresse plus particulièrement celui du géologue. La stratigraphie est le livre de l’histoire de la Terre. Ce livre est lu depuis longtemps, chaque lecteur essayant d’en améliorer la compréhension générale.

Page 4 / 13 - Affrontement des temps Sommaire
PDF
Patrick De Wever Professeur MNHN - Terre

Le paradoxe du temps a, d’ailleurs, inspiré de nombreux artistes. Citons les « Montres molles » de Salvador Dali, illustration de notre perplexité devant ce temps qui, depuis Einstein, est devenu relatif.


Montre molle - Salvador Dali

Évoquons la mythique Pénélope, peinte par Bassano, qui, défaisant la nuit l’ouvrage qu’elle construit le jour, tente de repousser le temps. Cependant, je pense que « Chronos mangeant ses enfants », représenté par Francisco Goya, symbolise bien la paradoxale autodestruction du temps. Ici Chronos, alias Saturne, dieu du temps, dévore sa propre descendance, de même que les secondes s’éteignent dès qu’elles sont passées.

C’est peut-être ce paradoxe, mêlé d’une angoisse de mort, qui conduit l’homme à tenter de maîtriser le temps. Le chronoscaphe du Professeur Mortimer, dessiné par Edgard Jacobs  en donne un petit exemple. Un autre s’impose avec la spiritualité. Le tympan des églises s’orne de sculptures qui condensent des temps à diverses échelles (fig. 2a). Y sont symbolisés l’arrivée à la vie spirituelle et le temps cyclique de l’homme, à travers des représentations des saisons et du zodiaque, ce qui témoigne d’une quête d’infini. Mais on y trouve, de plus, le temps instantané du graveur et les millions d’années de la roche. Ici se rencontrent et s’affrontent le temps humain, simple et intelligible tant qu’il reste court, et le temps profond de la Terre et de l’espace. Pour prendre conscience de ce temps-là, la mémoire devient indispensable.


Figure 2a - L’église de Moissac  ©  Rameau J .

L'église de Moissac possède un portail du XIIème S. dont le tympan est orné. Au centre un Christ en gloire dans une mandorle (forme d’amande) représente la naissance, l’arrivée à la vie spirituelle. Il est entouré des quatre évangélistes (le tétramorphe) représentés symboliquement par l’ange (Saint Matthieu, le lion (Saint Marc), le taureau (Saint Luc) et l’aigle. (Saint Jean). Ces figures correspondent aussi aux signes du zodiaque des quatre saisons, l’ange pour l’hiver (constellation du Verseau, qui verse de l’eau), le taureau pour le printemps; le lion pour l’été et l’aigle pour l’automne (le scorpion). Les vieillards de l'Apocalypse le regardent: les uns tiennent une coupe d'or, d'autres un instrument de musique.  Les tympans montrent l’affrontement et l’intégration de temps différents : des millions d’années de la roche à l’instantané du graveur, pour représenter l’arrivée à la vie et le cyclique de l’Homme, tous deux témoignent d’un infini, une quête d’absolu.


Figure 2b – Le zodiaque

Le zodiaque est fondamentalement une représentation de repères temporels basés sur le ciel : la position de constellations. L’Homme cherche à se positionner devant un infini.

Le temps est généralement simple et compréhensible quand il est court, il devient plus flou, plus difficile d'accès quand il est long. Il est alors nécessaire de disposer de repères. La mémoire collective permet d'amplifier la dimension du temps accessible. On peut dire : "autrefois, c'est là-bas et non ici que coulait la rivière". Des exemples se trouvent sur les côtes de la Manche : des blockhaus (fig.3). de la deuxième guerre mondiale, construits en arrière des dunes littorales, sont aujourd’hui sur la plage Il est bien évident, même pour les générations qui ne les ont pas vues construire, qu'ils étaient sur la terre ferme. Alors que le recul de la côte n'est pas perceptible à l’œil nu, un marqueur spatial, tel qu’un blockhaus, démontre cette réalité. On pourrait encore citer tel séisme qui a détruit Lambesc, ou l’éruption volcanique qui a anéanti Pompéi… Notons que les transformations, engendrées par des phénomènes subits comme les tremblements de terre ou les explosions de volcans, ont très tôt montré aux naturalistes pionniers que les paysages évoluent. Or, ces modifications instantanées sont les manifestations en surface de mouvements qui se font en profondeur à raison de quelques centimètres par an. Le comprendre prit du temps puisque la tectonique des plaques est admise depuis moins de 50 ans. Heureusement, le passage du temps ne s’inscrit pas seulement dans la mémoire des êtres dotés de la conscience du temps. Une vague a laissé son empreinte sur une plage desséchée bien avant l’époque des dinosaures (fig 4). 


Figure 3   Blockhaus de Normandie © De Wever P.

On a beau regarder la côte, on ne la voit pas reculer. Pourtant un repère spatial : le blockhaus, construit par les allemands durant la guerre 39-45, sert de repère temporel et atteste du mouvement, de l’érosion du littoral qui a transformé le site.


Figure 4  Des traces, sur une plage de l’ère Primaire (450 millions d’années) © De Wever P.

Les ondulations gravées dans la pierre représentent les rides de sable observables sur la plage lorsque la mer se retire, ces dernières, bien que fugaces, sont ici enregistrées depuis 450 millions d’années (péninsule de Crozon, Bretagne)

La recherche du temps est une notion fondamentale de l'approche de la nature. Il est en effet ce qui caractérise l'approche scientifique du géologue. Le physicien par exemple cherche à comprendre une loi, qui est valable quel que soit le moment, quel que soit l'instant, quand bien même le processus qu’elle explique s’inscrit dans la durée (voir le champ de la mécanique, par exemple). Le temps physique est généralement un paramètre extrinsèque dont la variation est indépendante de la loi qu’il permet de révéler. Le temps géologique, en revanche, est une variable intrinsèque, qui commande les lois géologiques. Le fait que la physique explique théoriquement toutes les lois de la nature (même celles qui ne sont pas encore formulées) signifie seulement que cette opposition résulte d’un saut d’échelle. Le géologue prend intuitivement le temps en compte comme acteur et l’unité qu’il utilise est couramment le million d’années, dimension qui lui est propre. Et ceci, dans un cadre plus général, trahit peut-être un rapport particulièrement étroit entre science et humanité. Car la Terre et le temps sont liés dès l’Antiquité grecque, le dieu Chronos est né de Gaïa, la Terre, suite à son union violente avec Ouranos, le ciel.

La biodiversité et l'environnement actuels ne sont que la dernière image d'un film que les géologues reconstituent. Certaines images anciennes s'estompent, ou ont été gommées, ou n’ont jamais été enregistrées. Le travail du géologue est de restaurer le film à partir de données fragmentaires, d'où certaines méthodes spécifiques.

 

Temps de l'homme, temps de la Terre - 5 Photos

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires