Mots-clés |
  • Volcanologie,
  • volcan

Etna : Le récit d'un volcan qui s'éveille

L'Etna, le volcan le plus actif d'Europe, connaît depuis le 14 juillet 2006 un regain d'activité. Une fracture est apparue au pied du cratère sud-est, puis deux bouches effusives ont commencé à déverser des coulées de lave. Hier, le volcan crachait et projetait des fragments de roche à plus de 240 mètres d'altitude. Selon l'Institut National de Géophysique et de Volcanologie (INVG), l'Etna ne représente pour l'instant aucun danger immédiat pour les populations environnantes.

Etat des coulées, le 17 juillet 2006(Crédits : INVG) Etat des coulées, le 17 juillet 2006
(Crédits : INVG)

Etna : Le récit d'un volcan qui s'éveille - 3 Photos

PDF

Les coulées de lave issues des deux bouches effusives apparues le 14 juillet 2006 au pied du cratère sud-est de l'Etna (Crédits : INVG)
Les coulées de lave issues des deux bouches effusives apparues le 14 juillet 2006 au pied du cratère sud-est de l'Etna
(Crédits : INVG)

L'Etna : le volcan le plus actif d'Europe

Du haut de ses 3350 mètres, l'Etna domine la côte est de la Sicile et la ville de Catane. Composé de plusieurs volcans juxtaposés, il couvre une superficie totale de 1250 kilomètres carré. En septembre et octobre 2004, il avait connu sa dernière éruption, mais c'est à octobre 2002 que remonte sa dernière grande colère. 200 tremblements de terre s'étaient alors manifestés dans la région, dont l'un avait atteint la magnitude de 4,2 sur l'échelle de Richter. Une coulée de lave avait détruit en partie Piano Provenzana.

Le récit du réveil

Les sismologues avaient estimé que la prochaine éruption de l'Etna se produirait au mois d'avril. C'est finalement dans la nuit de vendredi dernier, le 14 juillet 2006, qu'il s'est réveillé. Tout a commencé par l'apparition d'une fracture au pied du cratère sud-est, située dans l'alignement de l'éruption de 2004. Deux bouches effusives localisées respectivement à 3000 et 3050 mètres d'altitude ont alors déversé de la lave, avant qu'un cône ne se forme et ne dégaze bruyamment en crachant de la lave et des débris.

Le lendemain, le débit de lave rejeté par les bouches effusives était en moyenne de 5 mètres cube par seconde, et la coulée prenait lentement – à la vitesse de 50 centimètres à l'heure - le chemin de Valle del Bove, une zone inhabitée. A la date du 16 juillet, l'Institut National de Géophysique et de Volcanologie estimait le volume de lave émis depuis le regain d'activité à 300.000 mètres cube, la localisation du front de lave à 2.300 mètres d'altitude, et la distance parcourue par les coulées à deux kilomètres.

Activité de l'Etna le 16 juillet 2006 On distingue aisément les deux bouches effusives (B1 et B2) et le cône qui dégaze (B3) (Crédits : INVG)
Activité de l'Etna le 16 juillet 2006 On distingue aisément les deux bouches effusives (B1 et B2) et le cône qui dégaze (B3)
(Crédits : INVG)

Hier, les bouches effusives rejetaient en moyenne 2,6 mètres cube de lave par seconde sur la pente est du cratère, et les détonations engendrées par le cône étaient audibles depuis Sapienza, située à mille mètres en contrebas. Le gouvernement italien a déclaré que la lave s'éloignait des villages qui s'étendent au pied des pentes du cratère, et qu'il n'y avait donc aucun danger immédiat. Selon les spécialistes, bien qu'il soit actif depuis trois jours, le volcan aurait déjà perdu de ses forces.


A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires