Mots-clés |
  • paléontologie,
  • Homme,
  • changement climatique,
  • génome

L’Homme de Néandertal a disparu... parce qu'il nous était proche

L’Homme de Néandertal est un rustre qui vivait en concurrence avec l’Homme moderne. Son incapacité à s’adapter aurait causé sa perte. Ces trois idées reçues pourraient voler en éclat. Une modélisation informatique conclut en effet que Néandertal avait un comportement aussi sophistiqué que le nôtre. C'est justement pourquoi il se serait hybridé avec notre espèce et donc pourquoi il aurait disparu...

L'Homme de Néandertal aurait vécu en Europe et en Asie de -120.000 à -30.000 ans avant notre ère. Sa taille moyenne devait être comprise entre 1,55 et 1,65 mètre. Il fabriquait des outils et maîtrisait le feux. © American Museum of Natural History

L'Homme de Néandertal aurait vécu en Europe et en Asie de -120.000 à -30.000 ans avant notre ère. Sa taille moyenne devait être comprise entre 1,55 et 1,65 mètre. Il fabriquait des outils et maîtrisait le feux. © American Museum of Natural History

L’Homme de Néandertal a disparu... parce qu'il nous était proche - 2 Photos

PDF

L’Homme de Néandertal, Homo neanderthalensis, n’est ni l’ancêtre, ni un descendant de l’Homme moderne Homo sapiens. Ces deux homininés auraient cohabité plus de 10.000 ans durant la fin de la dernière glaciation, jusqu’à ce que H. neanderthalensis disparaisse il y a environ 30.000 ans. Mais au fait, pourquoi a-t-il disparu ?

De nombreuses hypothèses existent. On dit qu'il aurait eu des capacités intellectuelles, d’adaptation et culturelles, inférieures aux nôtres. Il aurait perdu contre l’Homme moderne dans des luttes de territoires. Raisonnement plus radical : Homo sapiens pourrait avoir commis un génocide en exterminant ses concurrents. Ces trois possibilités s’appuient sur la supériorité de notre espèce.

Face à la grande diversité des hypothèses proposées, Michael Barton, de l’université d’État de l’Arizona, et ses collègues ont développé un modèle basé sur l'observation de 167 fossiles ou de preuves de vie trouvés en Europe orientale. En tenant compte également du climat de l'époque, ce programme informatique a examiné la manière dont les homininés ont migré et évolué biologiquement et culturellement durant la fin du Pléistocène (entre 128.000 et 11.500 ans avant notre ère). Les résultats, publiés dans Human Ecology, confirment une nouvelle hypothèse proposée en 2010. L’Homme de Néandertal et l’Homme moderne se seraient mélangés. Nous partagerions en effet 2 à 4 % de notre génome en commun.

Les squelettes de l'Homme de Néandertal et de l'Homme moderne sont relativement similaires. Homo neanderthalensis (que l'on voit ici) est cependant plus trapu qu'Homo sapiens. © Claire Houck, Flickr, CC by-sa 2.0
Les squelettes de l'Homme de Néandertal et de l'Homme moderne sont relativement similaires. Homo neanderthalensis (que l'on voit ici) est cependant plus trapu qu'Homo sapiens. © Claire Houck, Flickr, CC by-sa 2.0

Les grandes capacités d’adaptation de l’Homme de Néandertal

Face aux changements climatiques importants survenus il y a 40.000 ans, l’Homme de Néandertal aurait été en mesure de s’adapter. Il aurait migré vers des lieux plus propices à sa survie. L’Homme moderne agissant de manière identique, les deux espèces pourraient avoir partagé de plus en plus d’interactions biologiques et culturelles. Ils chassaient sur les mêmes territoires, buvaient dans les mêmes points d’eau et vivaient parfois dans les mêmes lieux (exemple : la grotte aux fées il y a 38.000 ans). Homo neanderthalensis a donc su s’adapter aux conditions climatiques et à la présence de l’Homme moderne. Il était plus souple et astucieux que prévu. Mais pourquoi a-t-il disparu alors ?

Selon le modèle, l’augmentation du nombre d’interactions pourrait être mise en relation avec l’extinction de l’espèce. Les deux homininés se seraient tellement bien entendus que ces deux espèces se seraient hybridées. Des unions qui auraient eu lieu au détriment de la majeure partie du génome de l’Homme de Néandertal. Les résultats de ce modèle basé sur des variables biologiques, comportementales et environnementales viennent donc confirmer l’hypothèse émise en 2010 sur la base d'études moléculaires. Les deux espèces se seraient mélangées.

Pourquoi n’a-t-on jamais découvert d’hybrides ? Ils ont probablement été trouvés mais ont ensuite été considérés comme appartenant à l'une des deux espèces. En effet, comment reconnaître un hybride lors d’études morphologiques ?

L’utilisation de modèles informatiques fournit des résultats objectifs dépourvus d’aprioris. Selon cette nouvelle étude, l’Homme de Néandertal aurait été absorbé biologiquement et culturellement par l’Homme moderne. Ces deux espèces devaient avoir des comportements similaires. C'est pourquoi l'Homme de Néandertal se serait volontiers hybridé avec l'Homme moderne. Présent en minorité dès le début, il aurait disparu progressivement au cours du temps. Finalement, il n’était pas si rustre que cela.

Bien sûr, une modélisation ne donne pas des certitudes, mais des probabilités…


Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires