Mots-clés |
  • paléontologie

L’Homme de Florès n’était-il qu’un crétin nain ?

Les petits hommes de Florès (Homo floresiensis) n’étaient peut-être que des êtres humains ordinaires, mais atteints d’une forme endémique de crétinisme provoquée notamment par une grave carence en iode. C'est la curieuse thèse de deux chercheurs australiens, qui relancent une controverse déjà vive.

Comparaison entre un crâne humain contemporain et l'Homme de Florès. © Peter Brown Comparaison entre un crâne humain contemporain et l'Homme de Florès. © Peter Brown

PDF

Ces petits êtres d’à peine un mètre de haut dont les squelettes, vieux de 18.000 ans, ont été découverts sur l’île de Florès à l’est de Java, n’ont cessé depuis 2004 d’alimenter la controverse au sujet de leur nature. Alors que certains y voient des hommes mal développés, d’autres pensent qu'il s'agit d'une autre espèce, qui pourrait être la manifestation d’un phénomène évolutif connu chez les animaux et appelé nanisme insulaire. Dans un environnement limité en dimensions et en ressources, comme l'est une île, la taille des espèces animales a tendance à se réduire au fil des générations. La balance penche actuellement pour la seconde hypothèse.

Mais deux chercheurs australiens reviennent à la charge. Peter Obendorf et Ben Kefford, de la School of Applied Sciences, en collaboration avec le professeur émérite Charles Oxnard de l’University of Western Australia, exposent une nouvelle explication dans la dernière livraison des Proceedings of the Royal Society Biological Sciences.

Selon leur théorie, que l'on devine ne pas être la dernière sur ce sujet, ces fossiles portent les marques caractéristiques d’une insuffisance thyroïdienne rare dans nos régions occidentales, mais toujours fréquemment observée dans les pays du tiers-monde, et provoquée par un déficit sévère en iode de la mère durant la période de grossesse.

L'environnement fait le crétin

Chez l’enfant, comme chez l’adulte, l'iode est absorbé dans l'intestin sous forme d'iodure, l’excès étant évacué dans l'urine. La quantité idéale est de 60 µg d'iode par jour pour une thyroïde adulte, dont le seul rôle est de constituer un élément indispensable à la synthèse des hormones thyroïdiennes qui interviennent dans le métabolisme cellulaire, dans la croissance et la maturation du cerveau. Si cet apport d'iode est insuffisant, la thyroïde se met à travailler plus pour tenter d'en capter davantage, et augmente considérablement de volume, formant ce que l’on appelle un goitre, tandis que son contenu en iode diminue.

Cette insuffisance thyroïdienne commencée pendant la vie fœtale ou à la naissance entraîne une hypotrophie des neurones corticaux, entraînant un retard mental, que l'on appelle le crétinisme. Au final, l’individu atteint ne dépasse jamais un mètre de haut et devient, selon le terme scientifique consacré, un crétin nain.

Le squelette de l'Homo floresiensis retrouvé sur l'île de Florès. © Susan Larson/Stony Brook University

« Les formes extrêmes de crétinisme peuvent aussi résulter de l’association d’une carence en iode durant la grossesse avec un certain nombre d’autres facteurs environnementaux, dont l’absorption de nourritures qui rompent l’équilibre dynamique entre le cyanure et le thiocyanate », affirme en substance l’équipe de recherches. L’acide cyanhydrique, contenu dans certains végétaux (amandes amères, noyaux de pêche et de nèfles, feuilles de cerisier et de laurier-cerise, sorgho) est détoxiqué dans l'organisme par la conversion en thiocyanate, un composé soufré ayant des propriétés goitrigènes. Chez l'homme en bonne santé, cet équilibre cyanure/thiocyanate est maintenu. Mais un régime pauvre en protéines, particulièrement quand les acides aminés soufrés font défaut, peut réduire cette capacité de détoxication. Ce déficit peut se produire par exemple en cas de consommation excessive de manioc.

Des preuves anatomiques ?

Les chercheurs appuient leur hypothèse par la découverte, dans les fossiles, de plusieurs traces anatomiques de ce syndrome telles qu’un creux dans le crâne au sommet de l’hypophyse, appelé fossette pituitaire, une des caractéristiques déterminantes du crétinisme endémique myxœdémateux, ainsi que le dédoublement des racines prémolaires inférieures, qui dénonce la même pathologie. Notons toutefois que l'équipe australienne n'a pas examiné directement les fossiles de l'Homme de Florès. Cette hypothèse est actuellement loin de faire l'unanimité dans le monde scientifique et a même reçu des critiques très vives.

Sûrs de leur idée, Peter Obendorf et ses collègues estiment que l’Homme de Florès ne constitue nullement une espèce nouvelle d’hominidés, mais plutôt un groupe de chasseurs-cueilleurs dont, pour une raison encore indéterminée, la nourriture n’était pas suffisamment riche en iode. « Alors que presque tous ceux qui ont étudié les fossiles l'ont fait sous un angle de l'évolution, nous pensons qu'il s'agit d'un problème d'ordre environnemental », conclut Charles Oxnard .

D’autre part, de nombreuses légendes locales parlent d’espèces de lutins, les Ebu Gogos, qui vivaient cachés dans des cavernes, savaient à peine s’exprimer et terrorisaient la population en venant chaparder de la nourriture et des fruits dans les jardins. Pour les deux chercheurs australiens, la description de ces petits êtres correspond de façon troublante à une horde d’individus atteints de crétinisme endémique myxœdémateux... Reste encore à convaincre la communauté scientifique avec des preuves un plus solides.


A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires