Mots-clés |
  • paléontologie,
  • Homme,
  • Afrique

En bref : quand a eu lieu la migration humaine de l’Afrique vers l’Eurasie ?

La migration de l’Afrique vers l’Europe et l’Asie est l’un des moments les plus importants dans l’évolution humaine. Il reste néanmoins largement méconnu. Où et quand a-t-il commencé ? Si cette question doit encore être approfondie, une nouvelle étude donne la meilleure approximation actuelle.

La momie d'Ötzi est conservée à Bolzano, en Italie. Les autres musées, comme ici à Quinson, dans les Alpes-de-Haute-Provence, doivent donc se contenter de proposer des reconstitutions de l'homme des glaces. © 120, Wikipédia, cc by sa 3.0 La momie d'Ötzi est conservée à Bolzano, en Italie. Les autres musées, comme ici à Quinson, dans les Alpes-de-Haute-Provence, doivent donc se contenter de proposer des reconstitutions de l'homme des glaces. © 120, Wikipédia, cc by sa 3.0

PDF

Depuis plusieurs décennies, les scientifiques cherchent à savoir quand les Hommes modernes ont commencé leur exode. La migration de l’Afrique vers les autres continents est l’un des événements majeurs dans l'histoire humaine. Pourtant, l’époque et le lieu de départ restaient flous. Aujourd’hui, une équipe internationale dirigée par le Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology fournit les meilleures estimations de la date de départ de l’exode humain.

À partir de l’étude de l’ADN de fossiles et d’Hommes comme Ötzi, le fameux homme des glaces, l’équipe de recherche suggère que cette migration aurait démarré voilà 90.000 ans au plus tôt, et 62.000 ans au plus tard. Ces résultats sont en accord avec nombre de fossiles et d’outils de l’âge de pierre trouvés en Europe, mais ils diffèrent, en revanche, des résultats génétiques antérieurs. Ceux-ci chiffraient un exode qui avait commencé autour de 80.000 à 130.000 ans. La différence réside dans la méthode d’analyse de l’ADN. Dans les études antérieures, l’exode a été daté en déterminant le taux de mutation de l'ensemble du génome.

Toutefois, d’après le généticien Johannes Krause, l’un des auteurs de l’article paru dans la revue Current Biology, cette méthode de calibration n’était pas applicable à des individus de l’âge d’Ötzi. Dans cette étude, ils ont comparé les mutations du génome mitochondrial (ADNmt) plutôt que l’ADN nucléaire. « C’est un marqueur direct et non ambigu de la généalogie maternelle et de la structuration géographique au sein d’une espèce, ainsi que des échanges génétiques entre populations, entre sous-espèces », d’après le manuel Génétique et évolution du génome mitochondrial des métazoairesComprendre quand les humains modernes ont quitté l’Afrique et rejoint l’Europe et l’Asie est fondamental dans l’étude de l’évolution humaine. Par exemple, l’équipe a pu déterminer qu’en Europe, les êtres humains partagent la même lignée avant et après la dernière ère glaciaire.


Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires