Mots-clés |
  • ethnologie,
  • Brésil
Les peuples indigènes menacés

Déforestation, modernisme, braconnage, maladies... Les menaces qui pèsent sur les tribus isolées sont nombreuses, qu’elles soient au Brésil, au Pérou ou aux îles Andaman. Dans ce dossier, l’organisation Survival raconte leurs contacts avec le « progrès ».

Page 6 / 7 - Des routes tracées au bulldozer dans les îles Andaman Sommaire
PDF

En 1970, le peuple panará du Brésil comptait entre 350 et 400 membres et vivait dans cinq villages disposés selon des motifs géométriques complexes et entourés de vastes jardins.

Une grande route a été tracée au bulldozer à travers leurs terres au début des années 1970, avec des conséquences qui se sont très vite révélées désastreuses. Les responsables du chantier ont attiré les Indiens hors de la forêt avec de l’alcool et ont forcé les femmes à la prostitution. Des vagues d’épidémie s’en sont suivies, ravageant la tribu panará et causant la mort de 186 d’entre eux. Au cours d’une opération de secours, les survivants furent aéroportés vers le parc du Xingu, où d’autres décès furent encore à déplorer. Il ne resta bientôt plus que 69 Panarás. Plus de 80 % des membres du groupe avaient été tués en huit ans à peine.

Aké, un leader panará qui a survécu, se souvient de cette époque : « nous étions dans notre village et tout le monde a commencé à mourir. Certains sont allés dans la forêt, et d’autres encore y sont morts. Nous étions faibles et malades et ne pouvions même plus enterrer nos morts. Ils sont restés à pourrir sur le sol. Les vautours ont tout dévoré. »

On estime que les Jarawas vivent sur les îles Andaman depuis environ 55.000 ans. © Survival
On estime que les Jarawas vivent sur les îles Andaman depuis environ 55.000 ans. © Survival

Entre 1994 et 1996, les derniers Panarás ont pu retourner dans la partie de leur territoire où la forêt n’avait pas disparu. Ils ont alors pris la décision historique de poursuivre le gouvernement brésilien pour le traitement atroce dont ils avaient été l’objet. En octobre 1997, un juge a déclaré l’État brésilien coupable d’avoir causé « mort et dévastation culturelle » au peuple panará et ordonné à l’État de verser des dommages et intérêts d’une valeur de 540.000 dollars à la tribu.

Un Jarawa aux îles Andaman. © Survival
Un Jarawa aux îles Andaman. © Survival

La tribu jarawa des îles Andaman a vu son territoire coupé en deux lorsque l’administration locale y a construit une route. C’est maintenant l’artère principale de l’archipel, qui non seulement voit passer un flux ininterrompu de colons se déplaçant en bus et en taxi, mais qui constitue également une voie de pénétration pour les touristes aussi bien que pour les braconniers opérant sur la réserve des Jarawas (qui, contrairement au reste de l’archipel, est encore couverte de forêt pluviale). On voit souvent aujourd’hui des enfants jarawas mendiant le long de la route, et certains signes indiquent l’existence d’une exploitation sexuelle des femmes jarawas.

À la suite d’une longue bataille juridique, la Cour suprême indienne a ordonné au gouvernement de fermer la route, jugeant que sa construction avait été illégale et qu’elle mettait en danger la vie des Jarawas. Le gouvernement local a refusé de se soumettre et a maintenu la route ouverte.

Les peuples indigènes menacés - 2 Photos

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires