Mots-clés |
  • recherche,
  • Afrique

Sida : Renforcement de la lutte en Afrique

Le centre régional de recherche et de formation sur la prise en charge du VIH/sida a été inauguré à Dakar, au CHU de Fann, le 27 Mai. Ce centre régional, créé à l'initiative du Dr Ibra Ndoye, secrétaire général du CNLS, et du Pr. Eric Delaporte, directeur de l'unité mixte de recherche « VIH/Sida et maladies associées » (IRD - Université de Montpellier), est destiné à renforcer le potentiel de recherche au Sénégal en permettant aux équipes du Sud et du Nord de bénéficier d'un environnement optimal.

PDF

Situé au cœur du CHU de Fann, il améliorera la réalisation des recherches cliniques mais aussi épidémiologiques et en sciences sociales. Ces recherches seront menées par des équipes sénégalaises en partenariat, selon les cas, avec des équipes françaises. Les missions de ce centre sont élargies aux activités de formation des personnels clinique et de la recherche.

La recherche clinique est essentielle pour définir de nouvelles stratégies de prise en charge des personnes vivant avec le VIH/Sida. Menée dans les pays du Nord et du Sud, elle permet de proposer des modalités de prise en charge adaptées aux contextes locaux.

Le centre est équipé d'une salle de prélèvements, d'un laboratoire d'analyses biologiques et d'une pharmacie. Les essais thérapeutiques seront menés en conformité avec les règles éthiques en vigueur. La gestion de ces essais sera assurée sur place par des moniteurs d'études cliniques qui disposeront d'un service informatique équipé de logiciels spécialisés. Les patients pourront s'adresser aux services sociaux qui bénéficieront d'un local. Les associations de personnes atteintes pourront s'y réunir.

Ce bâtiment est le résultat de la participation financière de plusieurs partenaires. Le CNLS du Sénégal y a contribué à hauteur de 70 000 Euros (46 millions de FCFA) confirmant ainsi l'engagement historique du Sénégal dans la recherche sur le VIH/sida. Le CHU de Fann a, quant à lui, offert le terrain pour son implantation.

Les institutions de l'Union européenne et françaises sont des partenaires de longue date de la recherche au Sénégal.

L'Union européenne marque son engagement continu en faveur du développement durable en apportant une contribution de 150 000 Euros (98 millions de FCFA).

L'ANRS, qui a implanté un de ses premiers sites de recherche au Sénégal en 1995, est l'organisme français chargé de coordonner et de financer les programmes de recherche menées par des équipes du Sud et du Nord sur le VIH/sida. Elle a apporté 143 000 Euros à ce centre (94 millions de FCFA). L'IRD confirme son engagement dans la recherche sur le traitement médical et social du sida en Afrique et en particulier, au Sénégal, pays avec lequel il travaille en partenariat depuis 1988, en contribuant à hauteur de 50 000 euros (33 millions de FCFA) au projet. L'IMEA, qui mène des projets de recherche clinique et des activités de formation au Sénégal, est également partenaire du projet, avec un soutien de 20 000 euros (13 millions de FCFA).

Certains programmes de recherche, comme le suivi à long terme de patients sous traitements dans le cadre de la cohorte ISAARV (Initiative sénégalaise d'accès aux antirétroviraux) ou l'essai thérapeutique visant à simplifier la prise de trois antirétroviraux en une fois par jour (ANRS 1207), s'y déroulent d'ores et déjà.


A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires