Mots-clés |
  • recherche

De l'éthanol pour booster les moteurs à essence

Trois chercheurs de Massachusetts Institute of Technology (MIT) ont déposé une demande de brevet pour un système qui permettrait d'améliorer la consommation des moteurs à essence de plus de 20% et ce pour un coût inférieur à 1000 euros.

Note : les Bulletins Electroniques (BE) sont un service ADIT et sont accessibles gratuitement sur www.bulletins-electroniques.com

Note : les Bulletins Electroniques (BE) sont un service ADIT et sont accessibles gratuitement sur www.bulletins-electroniques.com

PDF

Les turbocompresseurs capturent l'énergie des gaz d'échappement pour comprimer l'air alimentant le moteur, ce qui permet d'en améliorer le rendement. Leur utilisation sur les moteurs à essence est limitée par les risques de combustion anormale (détonation) pouvant endommager le moteur.

L'équipe du MIT a eu l'idée d'associer l'utilisation d'un turbocompresseur à l'injection d'éthanol dans la chambre de combustion du moteur quand celui-ci est très sollicité (côte, accélération...). L'injection d'éthanol diminue le risque de détonation ce qui permet d'obtenir des taux de compression élevés dans des moteurs de taille plus réduite.

Les modèles utilisés par les chercheurs suggèrent qu'un moteur ainsi équipé pourrait fournir le même pic de puissance, mais en consommant 20 à 30% de carburant en moins qu'un moteur deux fois plus gros. Les premiers essais pratiques en laboratoire ont confirmé l'efficacité du procédé.

L'addition d'éthanol resterait faible : environ 1L d'éthanol pour 20L d'essence. Le coût du dispositif est inférieur à celui des moteurs hybrides ce qui fait de cette technologie une alternative économiquement intéressante et devrait lui faciliter sa pénétration sur le marché.

En ce qui concerne l'utilisation d'éthanol comme carburant (E85), la compagnie BP a annoncé qu'elle allait repousser le développement de ce carburant dans ses points de vente américains suite à l'annonce de Underwriters Laboratory (UL), un organisme de certification, de la suspension d'autorisation de leur label sur les composants des pompes pour E85.

En effet, ce label n'est valable que pour les mélanges incluant moins de 15% d'éthanol. Aux concentrations plus importantes, le mélange peut devenir corrosif et nécessite le développement de nouveaux standards, ce qui pourrait prendre entre six mois et deux ans de délai.

Par Elodie Pasco


Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires