Mots-clés |
  • médecine
L’incontinence urinaire en détail

En France, 3 millions de personnes souffrent d'incontinence, qu'elle soit urinaire ou fécale. Ce dossier présente les causes de cette affection, les divers traitements et des conseils pour l'éviter.

Page 9 / 15 - Traitement de l'incontinence : la chirurgie Sommaire
PDF

La chirurgie est l'un des traitements de l'incontinence. Elle permet de mettre en place des bandelettes sous-utréales, un sphincter artificiel, de traiter un adénome de la prostate ou encore de poser des ballons ACT.

Ballons ACT réversibles pour un écoulement désiré de l’urine, dans le traitement de l'incontinence. © urofrance.org DR
Ballons ACT réversibles pour un écoulement désiré de l’urine, dans le traitement de l'incontinence. © urofrance.org DR

Après avoir épuisé les traitements à base de médicaments ou dès lors que les résultats escomptés n’ont finalement rien donné. L’acte chirurgical a pour but de rétablir la continence mais il reste réservé aux cas les plus sévères. Les médecins disposent de trois sortes d’actes chirurgicaux selon la gravité et le type d’incontinence.

Traitement de l'incontinence : la pose de bandelettes sous-urétrales

Elles existent depuis 1997 pour soigner l’incontinence urinaire à l’effort chez la femme. Ces bandelettes fabriquées en polypropylène sont implantées par voie vaginale et aident au maintien de la partie moyenne de l’urètre. L’opération ne nécessite qu’une anesthésie locale. Par ce recours, il apparaît que le col vésical n’est en rien changé dans sa physiologie et qu’il peut s’ouvrir en cas de miction liée à l’effort. La prothèse sous-urétrale remplace les ligaments défaillants et abîmés.

Le traitement de l’adénome de la prostate (tumeur bénigne)

Il est prescrit en cas d’incontinence par regorgement. L’urètre peut se retrouver obstrué dès lors qu’il existe une augmentation de la prostate (l’adénome) ou alors en cas de rétrécissement de l’urètre (sténose urétrale). Il convient de pratiquer une résection endoscopique qui nécrose les tissus prostatiques malades.

La méthode des ballons ACT contre l'incontinence

Il s’agit de la pose de deux ballons gonflables et ajustables implantés au niveau du col vésical pour obstruer la vessie et empêcher l’écoulement d’urine non souhaité. L’opération offre l’avantage de pouvoir augmenter ou diminuer le gonflement des ballons en injectant du sérum physiologique et qu’ils sont réversibles.

La pose d’un sphincter urinaire artificiel

Aussi bien chez la femme que l’homme, cet acte chirurgical reste rare. Elle est proposée en cas d’incontinence à l’effort sévère et complexe. Il s’agit d’une prothèse en forme d’anneau hydraulique en silicone posé sur le pourtour de l’urètre qui le comprime et se vide à l’aide d’une pompe. Cette technique permet d’obtenir des résultats satisfaisants.

La cystopexie

Pour la femme, il existe des actes chirurgicaux tels que la cystopexie qui est le fait de replacer la vessie dans son axe originel ou de recourir à la pose d’un pessaire dans le vagin pour empêcher un prolapsus (ou une cystocèle).

Par ailleurs, l’injection de molécule botulique a fait son apparition pour traiter l’incontinence urinaire en cas de vessie réfractaire. Elle est implantée dans le muscle vésical par petite dose et quand tous les autres traitements ont échoué. Toutefois, cette technique en plein développement fait l’objet à l’heure actuelle d’études en cours. 

L’incontinence urinaire en détail - 1 Photo

A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires