Mots-clés |
  • médecine,
  • chimie
Dopage : la traque aux molécules dopantes

Il est courant de pratiquer une activité sportive, porteuse de valeurs positives comme le respect ou l'esprit d'équipe. Des vertus qui peuvent parfois être entachées par le dopage. Quels sont les produits utilisés ? Comment les détecter ? Des réponses que vous trouverez au fil des pages de ce dossier.   

Page 9 / 14 - Électrophorèse : l'analyse de l'EPO Sommaire
PDF
Jean-Luc Veuthey Vice-Recteur de l’Université de Genève

La chromatographie est peu adaptée à l’analyse de grosses molécules car elles migrent difficilement au travers d’un support solide, ne permettant pas de bonnes séparations, contrairement à l’électrophorèse.

Couramment utilisée par les biologistes et biochimistes, cette méthode d’analyse a montré une grande efficacité dans les études menées sur le décodage des génomes, notamment du génome humain, ainsi que dans l’analyse de l’ensemble des protéines humaines.

Analyse de l’EPO

L’EPO, ou érythropoïétine, est une hormone de nature glycoprotéique (constituée d’une partie protéique liée à un  glucide). Sécrétée par les reins et le foie, elle stimule la production de globules rouges par la moelle osseuse, augmentant ainsi la capacité respiratoire : nous la sécrétons dès que l’oxygène sanguin diminue.

L’EPO, ou érythropoïétine, est une grosse molécule biologique comportant une partie protéique de 165 acides aminés. © DR
L’EPO, ou érythropoïétine, est une grosse molécule biologique comportant une partie protéique de 165 acides aminés. © DR

Depuis 1988, une molécule de synthèse ayant la même action que l’EPO endogène, l’EPO recombinante, est disponible et a été utilisée par des sportifs, notamment dans le cyclisme (affaire Festina), la natation ou le ski de fond, pour augmenter la capacité respiratoire et donc l’endurance, et faciliter la récupération.

L’électrophorèse est une méthode de choix pour détecter l’EPO, molécule d'une masse molaire de 37.000 grammes par mole. Depuis juin 2000, le laboratoire de Châtenay-Malabry a développé une méthode d’analyse à l’occasion des Jeux olympiques de Sydney, encore appliquée aujourd’hui : elle permet de détecter l’EPO recombinante et de la distinguer de l’EPO endogène. Mais d’autres types d’EPO recombinantes sont conçus de plus en plus semblables à l’EPO humaine pour mieux brouiller les analyses !

Méthode analytique de séparation développée en 1937 par le biochimiste suédois Arne Wilhelm Kaurin Tiselius, l’électrophorèse consiste à séparer les éléments d’un mélange en fonction de leurs charges électriques et, pour des charges électriques identiques, en fonction de leurs tailles.

Au cours d’une analyse par électrophorèse, des espèces chargées migrent à travers une solution d’électrolyte, sous l’effet d’un champ électrique appliqué entre l’anode et la cathode. Elles sont séparées en fonction de leur charge et de leur masse. En combinant deux techniques électrophorétiques, il est possible d’obtenir une séparation en deux dimensions. © DR
Au cours d’une analyse par électrophorèse, des espèces chargées migrent à travers une solution d’électrolyte, sous l’effet d’un champ électrique appliqué entre l’anode et la cathode. Elles sont séparées en fonction de leur charge et de leur masse. En combinant deux techniques électrophorétiques, il est possible d’obtenir une séparation en deux dimensions. © DR

Dans une solution appelée électrolyte, les espèces chargées (ions) se déplacent sous l’effet d’un courant produit par un champ électrique appliqué entre deux électrodes, l’anode et la cathode. Les ions vont migrer plus ou moins rapidement, en fonction de leur taille et de leurs charges respectives : les espèces chargées positivement (cations) migrent vers la cathode, tandis que celles chargées négativement (anions) migrent vers l’anode. C’est ainsi qu’elles sont séparées les unes des autres ; puis révélées au moyen d’une technique appropriée.

Dopage : la traque aux molécules dopantes - 2 Photos

A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires