Mots-clés |
  • médecine,
  • chimie
Dopage : la traque aux molécules dopantes

Il est courant de pratiquer une activité sportive, porteuse de valeurs positives comme le respect ou l'esprit d'équipe. Des vertus qui peuvent parfois être entachées par le dopage. Quels sont les produits utilisés ? Comment les détecter ? Des réponses que vous trouverez au fil des pages de ce dossier.   

Page 12 / 14 - Quel futur pour la lutte contre le dopage ? Sommaire
PDF
Jean-Luc Veuthey Vice-Recteur de l’Université de Genève

Malgré les performances de plus en plus remarquables, en termes de spécificité, de sensibilité et de rapidité des techniques d’analyse, le dopage est de plus en plus difficile à dépister, souvent planifié scientifiquement chez les professionnels, profitant des failles dans les protocoles, ou utilisant des substances ou des méthodes de plus en plus transparentes pour les appareils, avec des concentrations de plus en plus faibles.

Face à ces difficultés, une nouvelle stratégie a été mise en place par l’Ama, consistant non plus à détecter un produit dopant (ou ses métabolites) ponctuellement pendant ou hors compétition, mais à en suivre régulièrement et systématiquement les effets, en mesurant les variations qu’il induit dans l’organisme sur des marqueurs dits indirects. En effet, chaque métabolisme et chaque système endocrinien étant uniques et caractéristiques d’un individu, la seule comparaison avec une norme établie sur la communauté sportive dans son ensemble, peut conduire, par exemple, à des accusations de dopage infondées. Pour cela, l’Ama a mis en place un programme de suivi longitudinal et systématique au cours duquel ces marqueurs, qui sont des variables pertinentes et déterminantes d’une classe de substances en fonction de l’objectif recherché (module hématologique ou urinaire) seront systématiquement recherchés. La collecte et le suivi des valeurs mesurées constituent alors le profil du sportif, permettant la constitution du Passeport biologique de l’athlète, en vigueur depuis décembre 2009.

Mais jusqu’à quel point peut-on entrer dans la sphère privée de l’athlète ? On note qu’actuellement, les footballeurs en Ligue des champions de l’UEFA sont déjà tenus de signaler leur localisation 365 jours par an, afin d’être joignables en permanence en moins de trois heures pour pouvoir être testés aux molécules dopantes, à tout instant ou presque ! Certains vont jusqu’à proposer de légaliser et médicaliser le dopage, en disant qu’après tout, on n’y échappera pas. Or, il y a lieu d’être prudent à ce sujet, car il y a un problème éthique fondamental.

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires