Mots-clés |
  • médecine

Myéline

PDF

La myéline protège et isole certaines fibres nerveuses, un peu comme le fait le plastique autour des fils électriques. Constituée de couches de lipides et de protides, elle est produite par deux types de cellules : les cellules de Schwann (dans le système nerveux périphérique) et les oligodendrocytes (dans le système nerveux central).

En plus de protéger les fibres nerveuses, la gaine de myéline augmente la vitesse de propagation de l’influx nerveux. À certains endroits appelés nœuds de Ranvier, les axones des neurones sont nus. L’influx peut alors sauter d’un nœud à l’autre, ce qui lui permet de parcourir la même distance en un temps moindre : c’est la conduction saltatoire.

Schéma d’un neurone comprenant dendrite (1), axone (2), nœud de Ranvier (3), extrémité de l’axone (4), myéline (5), corps cellulaire (6) et noyau (7). Grâce à la myéline et aux nœuds de Ranvier, la vitesse de progression de l’influx nerveux dans l’axone est maximisée. © NickGorton, Wikimedia Commons, cc by sa 3.0 Schéma d’un neurone comprenant dendrite (1), axone (2), nœud de Ranvier (3), extrémité de l’axone (4), myéline (5), corps cellulaire (6) et noyau (7). Grâce à la myéline et aux nœuds de Ranvier, la vitesse de progression de l’influx nerveux dans l’axone est maximisée. © NickGorton, Wikimedia Commons, cc by sa 3.0

Myéline - 1 Photo


connexes

Vos réactions

Chargement des commentaires