Mots-clés |
  • médecine

Hémophilie

PDF

L'hémophilie est une maladie caractérisée par une mauvaise coagulation du sang. Elle est d'origine génétique, touche principalement les garçons et on en connaît plusieurs formes, dues à des mutations différentes. Son incidence en France est d'environ 1 naissance sur 10.000. Elle peut être plus ou moins grave. On la qualifie de mineure quand la fonction de coagulation se situe entre 5 et 30 % de la normale. Dans les formes sévères, cette fonction peut descendre à moins de 1 % de la normale.

Causes de l'hémophilie

Une mutation affecte un gène du chromosome X, ce qui rend inactif l'un des facteurs de la coagulation. L'hémophilie classique, dite de type A, touche par exemple le facteur VIII. Les types B et C (parfois appelés, respectivement, maladie de Christmas et maladie de Rosenthal) sont provoqués par des mutations sur des gènes codant pour les facteurs IX et XI.

Conséquences de l'hémophilie

La coagulation se fait mal, ce qui est grave surtout pour les lésions internes. Les lésions externes ne saignent pas davantage mais plus longtemps. L'écoulement est maîtrisable et finit par s'arrêter. En revanche, dans les muscles et les articulations, des hémorragies internes prolongées peuvent générer des séquelles (réduction de l'amplitude de mouvement d'une articulation ou fonte musculaire par exemple).

Traitements de l'hémophilie

En mode curatif, on apporte, au moment d'un saignement important, le facteur de coagulation manquant. En mode préventif, ce même facteur est injecté régulièrement, ce qui permet de transformer une hémophilie sévère en une forme modérée.

Dans le sang sont présents plus d'une douzaine de facteurs qui contribuent à faire coaguler le sang quand celui-ci s'échappe des vaisseaux. Le premier d'entre eux (dans l'ordre de leur numérotation) est le fibrinogène, petite protéine qui, en polymérisant, forme une longue chaîne, la fibrine. En s'entremêlant, ces chaînes constituent le caillot. Le facteur II est la prothrombine, précurseur de la thrombine, l'enzyme qui catalyse la polymérisation du fibrinogène. © DR Dans le sang sont présents plus d'une douzaine de facteurs qui contribuent à faire coaguler le sang quand celui-ci s'échappe des vaisseaux. Le premier d'entre eux (dans l'ordre de leur numérotation) est le fibrinogène, petite protéine qui, en polymérisant, forme une longue chaîne, la fibrine. En s'entremêlant, ces chaînes constituent le caillot. Le facteur II est la prothrombine, précurseur de la thrombine, l'enzyme qui catalyse la polymérisation du fibrinogène. © DR


connexes

Vos réactions

Chargement des commentaires