Mots-clés |
  • médecine,
  • France

Coronavirus MERS-CoV

PDF

Le coronavirus MERS-CoV est un coronavirus apparu en avril 2012 en Jordanie, mais identifié seulement quelques mois plus tard, en septembre, chez un patient qatari revenant d’Arabie Saoudite. Les lettres MERS signifient Middle East respiratory syndrome (ou syndrome respiratoire du Moyen-Orient en français), du fait de la région du monde dans laquelle il est apparu et depuis laquelle il s’est répandu. Il fut d’abord baptisé NCoV, le N étant pour novel (nouveau), parce qu’il diffère fortement des autres coronavirus connus. Un comité d’experts a préconisé de changer la dénomination au 15 mai 2013, parce que son aspect nouveau n’allait durer que jusqu’à l’émergence d’un autre coronavirus. Il est à l’origine d’une épidémie mortelle à partir de l’année 2012, qui s’est répandue à d’autres pays du monde, y compris la France.

Origine du coronavirus MERS-CoV

Le coronavirus MERS-CoV a pour la première fois été détecté chez un patient qatari revenant d’Arabie Saoudite en septembre 2012. Une fois ce dernier hospitalisé à Londres, les médecins ont associé ses symptômes (infection respiratoire aiguë sévère et insuffisance rénale) à la présence d’un coronavirus, un genre de virus dans lequel on compte celui à l’origine du Sras. Les analyses leur donnent raison, et l’analyse génétique de ce virus à couronne inconnu révèle qu’il est très différent de ceux infectant l’Homme que l’on connaissait jusque-là.

Les premiers cas étant éloignés chronologiquement, les scientifiques ont suspecté que le réservoir viral était des chauves-souris, porteuses d’un coronavirus se distinguant de MERS-CoV à hauteur de 1,8 %. La preuve que les chiroptères du genre Pipistrella étaient bien à l’origine de l’épidémie n’a pu être apportée. D’autres animaux figurent encore sur la liste des suspects.

Alors qu’on le disait peu contagieux entre Hommes dans un premier temps, on note des cas avérés de transmission interhumaine.

Symptômes d’une infection par le coronavirus MERS-CoV

Le coronavirus MERS-CoV a un fort pouvoir pathogène. Il apprécie particulièrement les cellules pulmonaires et provoque des pneumonies sévères. Il peut également entraîner des insuffisances rénales et affecter le fonctionnement d’autres organes viscéraux. L’issue est souvent fatale.

Épidémie de coronavirus MERS-CoV

Apparu au Moyen-Orient, le virus a frappé des pays sur plusieurs continents. Tous les malades provenaient du golfe Persique ou avaient été au contact d’une personne contaminée dans cette région du monde. Au 29 mai 2013, l’OMS comptabilisait 49 cas répartis dans 8 pays : Allemagne, Arabie Saoudite, Émirats arabes unis, France, Jordanie, Qatar, Royaume-Uni, et plus récemment la Tunisie. En tout, 27 patients avaient succombé à l’infection à cette date, dont un Français.

Inquiétude mondiale

Les autorités sanitaires restent en alerte face à ce virus qui possède encore de nombreux secrets. Elles craignent une épidémie plus importante encore, à l’image de celle causée par le virus du Sras en Asie au début des années 2000. Le nombre de personnes contaminées et décédées est susceptible d’évoluer avec le temps.

Le coronavirus MERS-CoV est un virus à ARN mortel et émergent. Il est responsable d'une épidémie qui touche huit pays du monde depuis le Moyen-Orient. © NIAID, RML, DP Le coronavirus MERS-CoV est un virus à ARN mortel et émergent. Il est responsable d'une épidémie qui touche huit pays du monde depuis le Moyen-Orient. © NIAID, RML, DP


connexes

Vos réactions

Chargement des commentaires