Mots-clés |
  • vie,
  • maladie

Mesures d'urgence pour éradiquer la maladie du ver

Jimmy Carter demande l'adoption de mesures d'urgence pour éradiquer la maladie du ver de Guinée en Afrique occidentale. Le Ghana accepte de relever le défi.

PDF


Le 4 Février, à 650 kilomètres au nord de la capitale du Ghana, l'ancien Président des Etats-Unis, Jimmy Carter, et des hauts responsables du Carter Center, de l'Organisation mondiale de la Santé et de l'UNICEF se sont rendus dans le village de Dashie, où la maladie du ver de Guinée est endémique. L'objectif de cette visite, qui fera date, était d'inciter le Ghana à mener à bien l'éradication de la maladie du ver de Guinée. Le Dr LEE Jong-wook, Directeur général de l'OMS, et Kul C. Gautam, Sous-Directeur exécutif de l'UNICEF, se sont joints au Président Carter. Les membres de cette mission étaient les hôtes du Ministre de la Santé du Ghana, le Dr Kweku Afriyie.

« Rien ne justifie les souffrances inutiles provoquées par la maladie du ver de Guinée, » a déclaré Jimmy Carter, Président du Carter Center et lauréat du Prix Nobel 2002 lors de la conférence de presse qui a suivi à Tamale. « Le Ghana dispose de ressources, de soutien, de connaissances et de capacités pour éradiquer la maladie du ver de Guinée. Il lui appartient de relever le défi et de s'atteler à cette tâche sans délai ».

La campagne mondiale pour l'éradication de la maladie du ver de Guinée, depuis janvier 2004, est dirigée contre le 1 pour cent de morbidité restant dans le monde – 27 pour cent des quelque 35 000 cas déclarés en 2003 étaient concentrés au Ghana. Au nom du Président et de la population du Ghana, le Dr Afriyie a accepté de relever le défi et a notamment déclaré : « Il est important de sensibiliser l'opinion et un sentiment d'urgence doit prévaloir à tous les niveaux pour inverser la tendance, et afin que le Ghana n'ait plus le triste privilège d'être le premier pays d'endémie en Afrique occidentale. Nous relèverons le défi en faisant de la lutte contre le ver de Guinée une priorité, en améliorant l'approvisionnement en eau des communautés d'endémie et en renforçant l'éducation sanitaire ».

Alors que le Ghana avait réduit rapidement le nombre des cas de maladie du ver de Guinée à la création du programme en 1989, la forte hausse enregistrée au milieu et à la fin des années 90 a conduit le Ghana au deuxième rang des pays d'endémie en 2003, derrière le Soudan, en proie à une guerre civile depuis plus de 20 ans. Fin 2003, 8283 cas étaient déclarés, soit 48 pour cent de plus qu'une année auparavant. Dans son rapport de situation 2003, l'UNICEF estime que la maladie du ver de Guinée au Ghana touchait à 40 pour cent des écoliers.

« L'éradication de la maladie du ver de Guinée sera une grande victoire pour la santé publique, notamment au profit des enfants, qui constituent plus du tiers des cas dans le monde, » a déclaré Kul Gautam, de l'UNICEF.


A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires