Mots-clés |
  • vie,
  • c-da-m

Faire des bulles pour renifler sous l'eau !

Au moins deux mammifères habitués à chasser sous l'eau ont inventé une méthode astucieuse pour repérer sous l'eau leur proie à l'odeur : fabriquer des bulles d'air au contact de l'objet de convoitise et les respirer.

PDF

Une curieuse taupe canadienne n'en finit pas de surprendre les scientifiques et de les entraîner sur de fausses pistes. Le condylure étoilé (Condylura cristata) doit sont nom à sa truffe extraordinaire, bien rose et portant vingt-deux tentacules. Comme toutes les taupes, elle est à peu près aveugle et elle excelle à creuser des terriers. Mais ce n'est pas sous terre qu'on la rencontre le plus souvent. Très active, elle vit dans les zones humides de l'est du Canada et du nord-est des Etats-Unis, et passe son temps à chasser dans l'eau, parfois sous la glace, des crustacés, des mollusques, des insectes et des vers.

Mais comment s'y prend-elle pour repérer ses proies ? Logiquement, les humains soupçonnent son nez pluritentaculaire et y découvrent effectivement des dizaines de milliers de fibres nerveuses et 30 000 minuscules récepteurs mécaniques, appelés organes de Eimer. Les tentacules servent donc à palper le sédiment et les plus longues, musclées, à amener les proies vers la bouche.

Ah ce nez ! On le savait sensible et même préhensile, grâce à ses tentacules. On le découvre technologiquement avancé avec sa chambre à bulles. Crédit : Kenneth Catania
Ah ce nez ! On le savait sensible et même préhensile, grâce à ses tentacules. On le découvre technologiquement avancé avec sa chambre à bulles. Crédit : Kenneth Catania

La technique semble tout de même un peu lente pour un chasseur, d'autant que le condylure nage très rapidement et ne passe pas son temps à tâtonner au fond. Un chercheur, en 1993, émet l'hypothèse que cette petite taupe serait capable de détecter le champ électrique généré par le clitellum des lombrics (une zone du corps qui produit du mucus).

Taupe ultrarapide

Kenneth Catania, lui, n'y croit pas. Ce spécialiste de la neurobiologie et du comportement des mammifères à l'Université de Vanderbilt (Tennessee) a bien observé les condylures et les vus repérer et avaler leur proie en 230 millisecondes ! Armé de caméras ultrarapides, il vient de découvrir le pot aux roses : au contact d'une proie potentielle, le condylure expulse des bulles d'air puis les renifle. L'odeur corporelle de l'animal convoité peut ainsi être récupérée.

Pour en avoir le cœur net, le scientifique conçoit un dispositif empêchant la taupe d'utiliser ses tentacules pour palper sa proie mais en lui permettant d'utiliser ses bulles : le condylure détecte sans problème sa nourriture habituelle.

Cette technique du capteur d'odeur à bulles est-elle connue d'autres animaux ? Oui, affirme le même Kenneth Catania, qui a repéré la musaraigne palustre (Sorex palustris). Elle aussi fait des bulles et le chercheur a remarqué qu'elle les émet au rythme habituel de sa respiration. Si deux mammifères aussi différents que la taupe et la musaraigne ont inventé le même procédé, on peut imaginer que d'autres l'ont fait. Le biologiste américain aimerait bien qu'on aille chercher du côté des phoques et des loutres.


A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires