Mots-clés |
  • médecine,
  • Internet

Twitter, un bon outil pour traquer l’épidémie de choléra en Haïti

Des chercheurs d’Harvard se sont rendu compte qu’utiliser le réseau social Twitter leur permettait de suivre la progression de l’épidémie de choléra en Haïti en 2010 aussi efficacement que les méthodes officielles… Mais avec deux semaines d’avance !

Le choléra est une maladie intestinale causée par une infection par la bactérie Vibrio cholerae. Elle est à l'origine de diarrhées et peut devenir mortelle si elle n'est pas traitée. Grâce à des outils comme Twitter, des scientifiques pensent pouvoir mieux anticiper une épidémie. © Kirn et al., 2000 Le choléra est une maladie intestinale causée par une infection par la bactérie Vibrio cholerae. Elle est à l'origine de diarrhées et peut devenir mortelle si elle n'est pas traitée. Grâce à des outils comme Twitter, des scientifiques pensent pouvoir mieux anticiper une épidémie. © Kirn et al., 2000

Twitter, un bon outil pour traquer l’épidémie de choléra en Haïti - 2 Photos

PDF

Il y a deux ans, un séisme de magnitude 7 sur l’échelle de Richter secouait Haïti. Le bilan est terrible : plus de 230.000 morts, 300.000 blessés mais aussi 1,2 million de sans-abri. Une catastrophe humaine lourde de conséquences, entraînant notamment une terrible épidémie de choléra en octobre 2010 qui a fait près de 7.000 victimes à ce jour.

Des chercheurs américains de l’université de Harvard ont profité de cette triste occasion pour tester la fiabilité des informations des réseaux sociaux. Ils ont comparé les données publiées sur Twitter avec les informations fournies par les autorités sur la progression de l’épidémie. Leurs résultats ont été publiés le 10 janvier dans la revue American Journal of Tropical Medicine and Hygiene.

Twitter et rapports officiels : mêmes infos

Ils ont utilisé un logiciel, appelé HealthMap, qui répertorie le volume d’actualités générées par les médias durant les 100 premiers jours de l’épidémie, et ont également comptabilisé le nombre de tweets citant le mot « choléra ». L'idée d'utiliser ainsi les réseaux sociaux pour mieux appréhender l'ampleur d'une catastrophe naturelle n'est pas nouvelle. Le même Twitter est utilisé pour suivre les effets d'un séisme.

En novembre 2010, Haïti est victime d'un ouragan, appelé Tomas alors que les villes ne sont pas toutes reconstruites après le séisme de janvier. S'il ne s'est pas montré aussi meurtrier qu'on aurait pu le craindre, il a facilité la propagation du choléra. Cette photo, prise dans la ville de Raboto en novembre 2010, montre l'inondation consécutive à la tempête. Or, cette eau stagnante est propice à l'infection par le Vibrio cholerae, bactérie à l'origine de la maladie. © United Nations Photo, Fotopédia, cc by nc nd 2.0
En novembre 2010, Haïti est victime d'un ouragan, appelé Tomas alors que les villes ne sont pas toutes reconstruites après le séisme de janvier. S'il ne s'est pas montré aussi meurtrier qu'on aurait pu le craindre, il a facilité la propagation du choléra. Cette photo, prise dans la ville de Raboto en novembre 2010, montre l'inondation consécutive à la tempête. Or, cette eau stagnante est propice à l'infection par le Vibrio cholerae, bactérie à l'origine de la maladie. © United Nations Photo, Fotopédia, cc by nc nd 2.0

Ils ont reporté très précisément 4.697 articles sur HealthMap en huit langues différentes, et 188.819 messages sur Twitter. À partir de ces données, ils ont pu mesurer l’ampleur de la progression de la pandémie et ils se sont aperçus qu’elles correspondaient avec les informations fournies par les cliniques et les hôpitaux, utilisées par les autorités pour l’élaboration des rapports officiels. À une différence près (non négligeable) : les médias Internet permettaient de gagner une quinzaine de jours.

Un réseau social pour prévenir des pandémies ?

Rumi Chunara, première auteure de l’étude, y voit également d’autres avantages. « Ces techniques sont rentables, rapides et permettent d’atteindre une tranche de la population qui n’a pas accès aux informations par les moyens traditionnels ou qui ne sait pas où les trouver. » Et d’espérer plus grand. « Ces méthodes que nous avons utilisées pourraient être généralisées à l’échelle mondiale afin de devenir un moyen abordable et efficace pour détecter rapidement l’apparition d’une épidémie et donc intervenir plus tôt avec des vaccins ou des antibiotiques. »

Cependant, cette découverte ne fait pas l’unanimité dans le monde scientifique. Si de nombreux chercheurs veulent bien reconnaître l’utilité des réseaux sociaux, ils rappellent qu’il faut toujours traiter avec beaucoup de vigilance les informations qui y circulent, des fausses rumeurs pouvant se répandre comme une traînée de poudre.

Ajoutons à cela le fait que la population mondiale n’est pas également équipée outillage informatique, câblage, connexion à Internet et qu’il existe aussi une grande différence intergénérationnelle dans l’utilisation des réseaux sociaux. Si c’est un outil qu’il faut peut-être prendre en compte, il ne faut pas négliger les rapports officiels dont les informations sont souvent plus sûres.


Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires