Mots-clés |
  • médecine,
  • Bébé,
  • enfant

Sexe du bébé : pour faire des garçons, mangez des céréales !

Une étude britannique tend à démontrer que le sexe des enfants à la naissance serait dépendant du type d’alimentation de la future maman.

Petit déjeuner copieux. Crédit : Rama (Wikimedia Commons) Petit déjeuner copieux. Crédit : Rama (Wikimedia Commons)

PDF

Depuis plusieurs années, les statistiques montrent un net déclin des naissances d’enfants mâles dans les pays industrialisés, notamment en Angleterre, au Canada et aux Etats-Unis où la différence atteint 0,1 % depuis 1970. La cause de ce déséquilibre reste inconnue, bien que de nombreuses hypothèses aient été avancées, notamment les contaminants alimentaires ou l’introduction d’hormones dans l’alimentation du bétail, entre autres.

En 1973, le biologiste Robert Trivers et le mathématicien Dan Willard avaient avancé une hypothèse relevant de la sociobiologie, la science qui veut donner aux comportements une explication génétique. L'idée repose sur le fait que, chez les mammifères, le succès reproducteur des mâles n'est pas sélectionné de la même manière que celui des femelles. Au bout du compte, l'effet Trivers-Willard devrait aboutir à ce que les parents en situation difficile aient davantage de filles que de garçons.

En cherchant à vérifier cette hypothèse étrange, Fiona Mathews, biologiste à l’Université d’Exeter (Grande-Bretagne) et ses collègues, ont découvert un effet bien moins subtil... du petit déjeuner. L'étude a porté sur un échantillon de 721 femmes enceintes ne connaissant pas le sexe de leur futur enfant. Chacune a dû répondre à un questionnaire précis sur le type et la quantité de nourriture absorbée au moment de la conception et les chercheurs ont divisé le groupe en trois catégories basées sur le nombre de calories de leur alimentation. Ils ont ainsi pu déterminer que dans le premier groupe, à haut apport calorique, 56 % des femmes ont eu des fils, contre 45 % de filles pour les autres.

L'importance du repas du matin

Autre constatation inattendue, le taux de naissances mâles semble aussi dépendre de la prise d’un petit déjeuner. L’étude révèle que 59 % des femmes qui ont absorbé au moins un bol de céréales le matin ont eu des garçons, contre 43 % de celles qui ont la mauvaise habitude de ne rien prendre en matinée…

Elissa Cameron, une écologue spécialisée dans l’étude des mammifères à l’Université de Pretoria (Afrique du Sud), déclare être convaincue de l’existence d’un lien entre la qualité de l’alimentation et le sexe de l’enfant, tandis que Shanna Swan, une épidémiologiste de l’Université de Rochester à New York (département de médecine et de dentisterie) estime que si le régime maternel est un facteur, il n’est certainement pas le seul, et d’autres conditions comme les contaminants environnementaux sont aussi à suspecter.


Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires