Mots-clés |
  • médecine

Le prix Nobel de médecine 2003 récompense l'IRM

Le prix Nobel de médecine 2003 a été remis conjointement au professeur Britannique Peter Mansfield, et au professeur Américain Paul Lauteburg pour leurs travaux concernant l'imagerie par résonance magnétique (IRM).

Image obtenue par IRM

Image obtenue par IRM

PDF

L'IRM est utilisée aujourd'hui pour le diagnostique, et le traitement des patients. Il permet d'obtenir des images des organes ou des tissus internes sans introduire le moindre instrument dans le corps, évitant ainsi aux patients des souffrances et réduisant aussi les risques d'infections. Il est aussi notable que cette technique permet d'éviter d'irradier le corps aux rayons X, ou d'y injecter des substances radioactives.

D'après l'Assemblée Nobel de l'Institut Karolinska, 60 millions d'IRM sont réalisées chaque année dans le monde. Ils sont particulièrement utilisés dans la recherche de tumeurs cancéreuses.

Le Pr Paul Lauterbur, a été le premier à obtenir des images 2D des organes et des tissus internes, par l'utilisation de gradients modifiant le champ magnétique. Auparavant la RMN (résonance magnétique nucléaire), principe sur lequel est basée l'IRM, était utilisé uniquement pour analyser la structure de molécules obtenues chimiquement.

Le Pr Peter Mansfield a établi les modèles mathématiques d'analyse des signaux par ordinateur, afin d'affiner les résultats de l'IRM. Ceci a permis de reconstruire en temps réel les images obtenues à partir des sections consécutives du corps du patient.

Dans une interview donnée lundi, jour de la remise du prix Nobel, le Pr Mansfield a confié qu'il ne s'attendait plus à recevoir le prix Nobel. Comme quoi la reconnaissance peut arriver tardivement (ces travaux ont été réalisés dans les années 70). C'est la troisième année consécutive que le prix Nobel de médecine est attribué à un scientifique Britannique.

L'IRM, comment ca marche ?

L'IRM s'appuie sur le fait que les deux tiers du corps humain sont constitués d'eau. Mais cette quantité d'eau varie d'un organe à un autre, tout comme elle varie entre des tissus sains et de tissus endommagés. Ces différences sont analysées par l'ordinateur afin de produire une image des organes internes.

Le champ magnétique auquel est soumis le patient est totalement inoffensif puisque aucun rayonnement ionisant n'est utilisé. Ce champ magnétique va provoquer un changement du moment magnétique des atomes d'hydrogène, qui vont alors s'orienter dans l'axe du champ magnétique (se comportant en quelque sorte comme des aimants). Les protons sont ensuite excités par une onde radio (fréquence de résonance) afin de modifier leur orientation. Lorsque la stimulation cesse, ceux-ci reviennent à leur niveau d'énergie initial et émettent un rayonnement qui sera enregistré (ce principe est appelé la résonance magnétique nucléaire).


A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires