Mots-clés |
  • médecine,
  • autisme,
  • cerveau

Peut-on recâbler le cerveau pour guérir l'autisme ?

Et si c’était une révolution dans l’univers de l’autisme ? Des chercheurs suisses pensent qu’il est envisageable de « rebrancher » correctement le cerveau des personnes autistes en réactivant uniquement un gène, parlant ainsi d’une possible thérapie de la maladie. Sommes-nous proches d'un premier traitement curatif des troubles du spectre autistique ?

D'après de récentes estimations, l'autisme ou ses cousins concerneraient environ un enfant sur cent. Cette maladie, à multiples facettes, s'exprime selon des degrés divers, certains étant capables d'une certaine autonomie quand d'autres ne peuvent vivre seuls. © University of Leeds D'après de récentes estimations, l'autisme ou ses cousins concerneraient environ un enfant sur cent. Cette maladie, à multiples facettes, s'exprime selon des degrés divers, certains étant capables d'une certaine autonomie quand d'autres ne peuvent vivre seuls. © University of Leeds

Peut-on recâbler le cerveau pour guérir l'autisme ? - 2 Photos

PDF

Les termes de « troubles envahissants du développement » regroupent un ensemble de maladies, caractérisées par des difficultés dans les interactions sociales, l’apprentissage, l'acquisition du langage ou encore par des comportements stéréotypés. Parmi eux, l’autisme, qui existe sous diverses formes.

On dénombre plusieurs centaines de mutations génétiques impliquées dans cette pathologie. Elles entraînent des anomalies cérébrales se caractérisant par des erreurs au niveau des synapses, ces connexions entre les neurones. Pour faire une analogie simple avec l’électronique, on pourrait dire que les prises ne sont pas branchées de la même façon que chez les personnes non atteintes.

Pour guérir de cette maladie, bon nombre de spécialistes pensent qu’il faut agir avant même que les câblages ne soient mis en place, soit in utéro ou dans les premiers instants de la vie, car une fois le cerveau trop développé, il est trop tard. Mais l'autisme se diagnostique au mieux vers l’âge de 2 ou 3 ans alors que les anomalies sont déjà présentes, ce qui laisse penser qu'une guérison demeure impossible.

Nlgn-3, le gène à réactiver

Une étude publiée dans Science remet cependant ce concept en question. En contrôlant l’activité d’un gène, des chercheurs de l’Universität Basel (Suisse) ont montré qu’il était possible de remettre en bon ordre tout le réseau nerveux même après sa mise en place.

L’expérience a été menée sur des souris génétiquement modifiées pour que les scientifiques aient le contrôle, comme avec un interrupteur marche-arrêt, sur l’expression d’un gène nommé Nlgn-3 (pour neurogiline-3). Impliqué dans l’établissement des synapses, il est muté et inactif dans certaines formes d’autisme.

Cette image montre que pour une même fonction motrice, les régions du cerveau qui s'activent chez les personnes autistes (en jaune) sont différentes de celles chez des sujets non atteints par cette pathologie (en bleu), preuve d'un câblage neurologique différent. © Axel-Ralph Muller, Wikipédia, cc by 2.5
Cette image montre que pour une même fonction motrice, les régions du cerveau qui s'activent chez les personnes autistes (en jaune) sont différentes de celles chez des sujets non atteints par cette pathologie (en bleu), preuve d'un câblage neurologique différent. © Axel-Ralph Muller, Wikipédia, cc by 2.5

Les auteurs ont d’abord éteint Nlgn-3 dans le cervelet de rongeurs, région du cerveau jouant notamment un rôle dans le comportement social. Conséquence sur les souris : la suractivation d’un récepteur au glutamate, un des principaux neurotransmetteurs, appelé mGluR1-alpha. Or, cette surexpression débouche sur des connexions synaptiques complètement erronées, bloquant les processus d’apprentissage et expliquant l’autisme.

Dans une seconde phase, l’interrupteur a été mis en mode « On », Nlgn-3 se trouvant ainsi activé. Très vite, les taux de mGluR1-alpha sont redevenus normaux et, plus fort encore, les synapses anormales ont régressé pour laisser place à un réseau bien câblé. Les défauts cérébraux ont ainsi pu être effacés.

Peut-on croire à un médicament pour guérir l’autisme ?

Cela laisse entendre que le cerveau est encore plus pastique que ce que l'on pensait. Mais jusqu'à quel point ? On l'ignore encore.

En revanche, pas de précision quant à l’impact sur le comportement des souris. Ont-elles manifesté une attitude normale ? L’étude, focalisée sur le cervelet, ne le précise pas.

Cette découverte semble assez révolutionnaire, laissant croire en une possible guérison de l’autisme, alors qu’on ne tente aujourd’hui que des thérapies comportementales ou psychothérapeutiques pour en soigner les manifestations.

Mais les écueils sont encore nombreux. Ces résultats s’extrapolent-ils de la souris à l’Homme ? Cela agit-il vraiment sur la maladie ? Y a-t-il un délai au-delà duquel le mal est irréversible ? Pourra-t-on concevoir le médicament adapté ? Cela prévaut-il pour toutes les formes d’autisme ou seulement pour quelques-unes d’entre elles ? Les scientifiques ont encore du pain sur la planche avant d'apporter les réponses à toutes ces questions...


Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires