Mots-clés |
  • médecine

Petite fille guérie du Sida : les spécialistes restent prudents

Si la nouvelle de la guérison fonctionnelle d’une petite fille infectée in utero par le VIH a été l'objet d'espoirs à travers le monde, les experts invitent à la prudence. Il est encore trop tôt pour affirmer qu'elle ne déclarera jamais la maladie ou que ce traitement connaîtra le même succès auprès de tous les bébés à risque. Une recherche devrait être menée.

Le virus du Sida se compose de plusieurs morceaux. Au centre, dans la capside, on trouve l'ARN et des enzymes dont la transcriptase inverse, capable de former un brin d'ADN à partir de l'ARN viral. Autour de la capside, on trouve une membrane composée de certaines protéines permettant notamment la reconnaissance des cibles du virus. © Los Alamos National Laboratory, Wikipédia, DP

Le virus du Sida se compose de plusieurs morceaux. Au centre, dans la capside, on trouve l'ARN et des enzymes dont la transcriptase inverse, capable de former un brin d'ADN à partir de l'ARN viral. Autour de la capside, on trouve une membrane composée de certaines protéines permettant notamment la reconnaissance des cibles du virus. © Los Alamos National Laboratory, Wikipédia, DP

Petite fille guérie du Sida : les spécialistes restent prudents - 2 Photos

PDF

La guérison fonctionnelle d'une petite fille séropositive traitée dès les premières heures de sa vie suscite une lueur d'espoir, mais elle reste à confirmer, avertissent les spécialistes, qui rappellent en outre que l'accès à la prévention et aux soins demeurent pour beaucoup illusoire.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a salué cette nouvelle qui, sous réserve de confirmation, « permet d'espérer qu'une guérison du Sida est possible pour les enfants », alors que chaque année, 330.000 enfants naissent contaminés, essentiellement en Afrique subsaharienne. Mais pour l'OMS, des recherches complémentaires s'imposent.

On est encore loin de pouvoir affirmer que traiter plus tôt et plus fort les bébés à haut risque de naître infectés leur permettra d'échapper au traitement à vie, mettent également en garde les spécialistes interrogés par l'AFP. « Il faut être prudent », souligne par exemple le professeur Stéphane Blanche, pédiatre spécialiste du Sida (hôpital Necker-Enfants Malades, Paris), qui juge que « le terme de guérison n'est pas pertinent ».

Une rémission plutôt qu’une guérison du Sida

La petite fille, née aux États-Unis, était infectée par le virus du Sida (VIH) contracté dans le ventre de sa mère. L'enfant a reçu un cocktail de trois médicaments dès sa 30e heure de vie, un traitement poursuivi 18 mois. Les médecins perdent sa trace pendant cinq mois et lorsqu'ils la revoient, ils ne trouvent plus de trace détectable du virus dans le sang, malgré l'arrêt de sa trithérapie.

L'observation est originale, car cet enfant a été traité très tôt, dès les premiers jours de vie, alors qu'en général on traite au cours des premières semaines (autour de 15 jours ou un mois), relève Stéphane Blanche.

Le VIH (en bleu ciel à l'image) infecte préférentiellement les lymphocytes T CD4 (en marron clair), des cellules immunitaires, et les pousse au suicide. Avec le temps, les défenses de l'organisme sont réduites à néant ou presque : c'est le Sida. La plus petite infection, normalement bénigne, peut alors devenir mortelle. © R. Dourmashkin, Wellcome Images, Flickr, cc by nc nd 2.0
Le VIH (en bleu ciel à l'image) infecte préférentiellement les lymphocytes T CD4 (en marron clair), des cellules immunitaires, et les pousse au suicide. Avec le temps, les défenses de l'organisme sont réduites à néant ou presque : c'est le Sida. La plus petite infection, normalement bénigne, peut alors devenir mortelle. © R. Dourmashkin, Wellcome Images, Flickr, cc by nc nd 2.0

Cette guérison est qualifiée de « fonctionnelle », car le virus n'a pas complètement été éradiqué de son organisme. Elle s'apparente plus à ce stade à une rémission, qu'il faudra suivre beaucoup plus longtemps pour vérifier que le virus ne se réactive pas, affirme pour sa part John Frater de l'université d'Oxford.

Des essais cliniques pour vérifier l’efficacité du traitement

« Cette mère avait échappé au dépistage et à la prévention. Il faut éviter cette situation en développant le dépistage », relève le professeur Blanche.

En France, ces dernières années, avec le traitement préventif de la transmission du virus de la mère à l'enfant (une trithérapie comme celle administrée à la petite Américaine), seuls 0,5 % des nouveau-nés sont contaminés. Mais dans certains pays pauvres, 40 % des femmes infectées par le VIH ne bénéficient d'aucun traitement antirétroviral.

Pour la chercheuse Deborah Persaud (université Johns Hopkins, Baltimore) qui a présenté le cas, le traitement précoce et intensif du bébé aurait empêché le virus de s'installer à l'état dormant dans des « réservoirs », d'où il peut ressurgir et dont on ignore comment le déloger. Elle souhaite conduire des essais cliniques sur un nombre suffisant d’enfants, pour vérifier si traiter énergiquement ces bébés contaminés dans les premières heures de la vie permettrait de répéter le résultat obtenu.

Traiter contre le VIH 80 % d’enfants indemnes ?

« Est-ce que cela sera vraiment valable pour d'autres enfants ? Il faut attendre pour pouvoir le dire », souligne Stéphane Blanche. « Nous ne sommes pas certains que ce résultat soit généralisable et reproductible », renchérit le docteur Harry Moultrie (University of the Witwatersrand, Johannesburg). Pour ce spécialiste sud-africain, l’exemple d’un seul cas ne constitue pas une stratégie applicable à tous.

Dans les pays pauvres à forte endémie du VIH, penser que l'on va faire des tests et traiter des bébés dans les deux premiers jours de vie est « illusoire », estime le professeur Blanche. Quant à l'idée d'y traiter systématiquement tout bébé né de mère séropositive privée de traitement préventif pendant la grossesse, cela reviendrait à traiter 80 % d'enfants indemnes.


A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires