Mots-clés |
  • médecine,
  • cancer

Implants PIP : pas de danger pour la santé mais plus de ruptures

Les autorités sanitaires britanniques sont rassurantes : les implants mammaires PIP ne présentent pas de danger pour la santé humaine, mais un risque de deux à six fois plus important de rupture.

Depuis que le gouvernement français a recommandé l'explantation, plus de 8.000 Françaises ont subi l'opération chirurgicale. Elles sont encore près de 22.000 à vivre avec une prothèse mammaire de la marque PIP. © Be,ko Szolt, Fotolia Depuis que le gouvernement français a recommandé l'explantation, plus de 8.000 Françaises ont subi l'opération chirurgicale. Elles sont encore près de 22.000 à vivre avec une prothèse mammaire de la marque PIP. © Be,ko Szolt, Fotolia

Implants PIP : pas de danger pour la santé mais plus de ruptures - 2 Photos

PDF

Voilà peut-être l’épilogue d’un scandale qui dure depuis 2 ans. Le National Health Service (NHS) britannique vient de rendre un rapport final sur les implants mammaires PIP qui a de quoi rassurer les 30.000 femmes françaises porteuses de ces prothèses : aucun élément ne laisse croire qu’elles sont d’une quelconque toxicité pour les organismes. Le seul hic, c’est leur trop forte tendance à rompre…

Un article de janvier dernier révélait des premières informations mais certaines incertitudes persistaient. D’une part, aucun risque supplémentaire de cancer du sein ou d’un autre organe n’a été détecté. Le texte précise même que les taux sont inférieurs à la population féminine générale. Des tests menés au Royaume-Uni, en Australie mais aussi en France insistaient sur l’absence d’effet cytotoxique (au niveau des cellules) ou génotoxique (au niveau de l’ADN). Malgré tout, un laboratoire remarquait que le gel irritait la peau des lapins.

Quelques points restaient encore mystérieux et portaient sur la résistance des implants mammaires PIP. Sont-ils en accord avec les standards internationaux ? Les taux de ruptures sont-ils plus élevés ? Cette nouvelle étude a donc tenté de clarifier toutes les questions en suspens.

Les implants PIP ne sont pas cancérigènes mais plus fragiles

Après analyse de 240.000 prothèses mammaires de marques différentes, les scientifiques ont noté une composition très proche mais qui varie pour les implants PIP pour un seul constituant. Les taux de siloxane, à base de silicium, s’y retrouvent en plus fortes quantités. Cependant, ces molécules ne présentent pas de risque pour la santé humaine. Globalement, aucune impureté organique ou inorganique n’a été décelée à des concentrations toxiques. Les niveaux de platine et de césium, très faibles, sont sans danger.

Les implants mammaires de la marque Poly Implant Prothese (PIP) sont composés d'un gel de silicone frelaté qui inquiétait beaucoup certaines patientes. Les risques semblent écartés. © Chris73, Wikimédia Commons, cc
Les implants mammaires de la marque Poly Implant Prothese (PIP) sont composés d'un gel de silicone frelaté qui inquiétait beaucoup certaines patientes. Les risques semblent écartés. © Chris73, Wikimédia Commons, cc

L’absence de cytotoxicité du gel de silicone a été confirmée par de nouveaux tests menés en Australie. Autre bonne nouvelle : les résultats sur l’irritation de la peau du lapin n’ont pu être reproduits. Toutes les expériences conduites aussi bien en Australie qu’en France sont négatives.

Cependant, le rapport confirme la trop forte tendance des implants mammaires PIP à rompre. Le risque serait multiplié par un facteur allant de deux à six. Selon les auteurs, 5 ans après la pose, les probabilités de ruptures seraient comprises entre 6 et 12 %, et passeraient de 15 à 30 % à 10 ans.

Des prothèses mammaires de mauvaise qualité

Le texte confirme l’absence de lien avec le cancer ou l’apparition d’hématomes, mais reconnaît trois à cinq fois plus de risques de manifester quelques symptômes, comme des réactions locales ou l’hypertrophie des ganglions lymphatiques. Les taux s’élèvent à 0,8 % à 5 ans et à 2,1 % à 10 ans mais restent très bas et sans conséquences à long terme.

Globalement donc, les implants mammaires PIP ne présentent pas de danger pour la santé humaine mais sont de mauvaise qualité. Malgré tout, les symptômes ressentis par certaines femmes sont réels et ne doivent pas être négligés. Les auteurs invitent chaque patiente à se renseigner et à discuter avec son médecin généraliste sur l’intérêt de garder ou non sa prothèse. Et rappellent que l’explantation comporte aussi quelques risques, comme toute opération chirurgicale.


Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires