Mots-clés |
  • médecine

Grippe A(H1N1) : en France, la circulation du virus s'intensifie

Le nombre de cas rapporté par l'Institut national de veille sanitaire (INVS) a nettement augmenté la semaine dernière, pour atteindre près du double du seuil officiel d'une épidémie. Mais sans doute faut-il prendre en compte les effets de la médiatisation.

Carte d'interpolation spatiale des données basée sur les incidences départementales pour la semaine 37 (du lundi 7 au dimanche 13 septembre). © Réseau Sentinelles / INVS Carte d'interpolation spatiale des données basée sur les incidences départementales pour la semaine 37 (du lundi 7 au dimanche 13 septembre). © Réseau Sentinelles / INVS

Grippe A(H1N1) : en France, la circulation du virus s'intensifie - 1 Photo

PDF

Pour la première fois, l’incidence nationale hebdomadaire de la grippe (dont le virus dominant est le H1N1) a atteint 164 cas pour 100.000 habitants, soit au-dessus du seuil épidémique fixé à 84 cas pour 100.000. Mais le réseau des médecins Sentinelles se veut prudent : « une seconde semaine sera encore nécessaire pour confirmer l’arrivée de l’épidémie ».

Dimanche dernier, 16 régions étaient déjà dans le rouge (voir au bas de cet article la carte de l'INVS). Les incidences les plus élevées ont été observées dans le Nord-Pas-de-Calais (466 cas pour 100.000 habitants), le Languedoc-Roussillon (297) et la région PACA (265). Mais également dans le Limousin (212), en Rhône-Alpes (167), en Auvergne (148), en Poitou-Charentes (147), en Lorraine (135), en Franche-Comté (134), en Haute-Normandie (121), en Champagne-Ardenne (116), en Pays-de-la-Loire (114) et en Bourgogne (113).

Pas de phase 6 du Plan pandémie

La semaine dernière, 103.000 personnes auraient consulté leur généraliste pour un syndrome grippal en France métropolitaine, soit 93.000 de plus que la moyenne des années précédentes pour la même semaine. Pour autant, « ces chiffres doivent être interprétés en tenant compte du contexte de forte médiatisation, qui peut être à l’origine d’un excès (de personnes) qui ne seraient pas venues consulter en temps normal » prévient le Réseau Sentinelles.

Quoiqu’il en soit, Roselyne Bachelot-Narquin a rappelé que « le Gouvernement n’entend pas passer en phase 6 (du Plan pandémie NDLR) dans l’immédiat ». Dans un discours prononcé aujourd’hui devant la Commission des Affaires sociales à l’Assemblée nationale, la ministre en charge de la Santé a insisté sur le fait que « l’impact de l’épidémie ne le justifie pas pour l’instant ».

Quant à la vaccination contre la grippe saisonnière, la ministre tiendra une conférence de presse sur ce thème le vendredi 18 septembre à 10 h 00, au ministère de la Santé.


Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires